Mes derniers Avis lectures




18.10.17

Les chroniques du marais qui pue tome 1 La chasse à l'ogre




Auteur : Paul Stewart et Chris Riddell

Illustrateur : Paul Stewart et Chris Riddell

Genre : jeunesse, fantastique, aventure

Edition : Milan

Parution : 2005 pour cette édition

Pages : 156


Achetez les chroniques du marais qui pue
Astuce pensez au numérique et économisez








Le marais qui pue, ses montagnes moisies, sa mare odorante, ses souris échassières, ses grenouilles péteuses, ses magiciens, ses elfes, ses dragons... Un monde délirant, un monde de fous. Mais un monde en danger. Seul un super-guerrier peut le sauver. Un certain Jean-Michel Chamourdi, 10 ans, écolier... Jean-Michel Chanourdi n'aurait jamais dû aller promener son chien, jamais dû s'approcher de ce buisson. Car Randalf, le Sage, apprenti magicien, l'a piégée. Désormais, Jean-Michel sera Jean-Mi le Barbare, un super-guerrier. Sa mission : terrasser Engelbert le Gigantesque, l'ogre le plus terrible de tout le Marais qui pue. Ca va faire mal, Très mal...







Un monde de fous


Je suis certaine que vous ne vous êtes jamais aperçu que sortir son chien pouvait être dangereux. Si vous ne me croyez pas, demandez à Jean-Michel. Alors qu'un soir, il était tranquillement en train de sortir son chien, qui plus est amateur, d'écureuil, il s'est vu faire du hors-bord, sur gazon. Et là paf ! Il se retrouve dans un tunnel noir, qui le mena direct dans un monde de fous.
Droit chez Randalf le Sage, l’usurpateur serait plus juste, puisqu'il, se prêtant magicien, alors qu'il, c'est lui-même autoproclamé enchanteur. D'ailleurs il ne connaît qu'un sort, qu'il ne réussit jamais.
Alors, oui, effectivement pour une fois, il a réussi, à faire venir Jean-Michel et son fidèle destrier. Et le pauvre se retrouve à jouer le rôle de super guerrier, alors qu'il ne demandait rien à personne. À devoir terrasser un ogre, alors que son vrai souci, c'est sa rédaction, qui n'est toujours pas rédigée.

Un monde de fous, je vous ai dit un monde de fous ? C'est sans doute un lapsus révélateur. Car croyez- moi, le marais qui pue, en plus de bien porter son nom, abrite en son sein, les personnages les plus loufoques qui soient. Rien que chez Randalf, on y trouve Norbert le pas si grand, un ogre, qui passe son temps à sucer son pouce, et manger, mais un conseil, évitez de goûter ses spécialités culinaires. Il y a aussi Véronica, la peruche de compagnie du sage, qui bien évidemment a le pouvoir de parler, mais là, il vaudrait mieux qu'elle se taise, c'est d'ailleurs ce que lui répète sans arrêt Randalf, car il faut bien reconnaître que le volatile, à tendance à dire ouvertement les vérités qui fâchent.
Et que dire du baron Cornu, être minuscule, complètement cachée par son grand masque à corne, qui prétend gouverner, mais rampe devant sa femme Ingrid, cette dernière est un peu la madame Colombo du roman, on l’entend, on parle d'elle, mais on ne la voie jamais. Sauve sur la fin, mais malheureusement elle n'est pas décrite aussi précisément que les autres personnages.

Tout ce petit monde, évolue dans un monde étrange... Mais ici aucun farfadet, ou autres forêts magiques, on a plus le droit à un lac enchanté, dont la particularité, est de se trouver en hauteur, c'est-à-dire dans le vide ! (pratique pour y aller et repartir). À une colline, sans danger, où il vaut mieux faire attention, où on met les pieds, et à des montagnes pire que la mare odorante, aux niveaux odeur, elles bâtent tous les records en sentant le fromage qui pue. Genre Epoisse ou Munster qu'on aurait laissé bien affinés. Ce n'est pas pour rien qu'ont les appellent les montagnes moisies. Quant au village, je vous en parle même pas, les maisons, sont nichées les unes sur les autres ! Oui, oui, les unes sur les autres, sur des hauteurs vertigineuses. 

Rien qu'à lire le titre, on comprend tout de suite, que l'on va passer un bon moment, que l'humour, sera au rendez-vous. Mais attention, en écriture comme en comédie, gare à ne pas trop en faire, trop d'humour, risque de tuer ce dernier. J'ai évidemment rit à plusieurs reprises, mais l'humour, devenant un peu trop lourd, l'effet s'inversait progressivement.
J'ai adoré la sortie shopping, pour l'armure de Jean-Michel, entre la description et l'illustration c'est les larmes aux yeux, fou rire, et bonne humeur garantie.
Les auteurs ont un style simple et fluide, complètement adapté au public visé.
L'intrigue est bien menée, et la chute plutôt originale.

Les auteurs Paul Stewart et Chris Riddell, nous offre une aventure, dans un monde, non pas féerique, comme nombres de quêtes chevaleresques, mais dans un univers pour le moins surprenant, voire dégoûtant à moins d'aimer le chocolat au cracha, spécialité de la région. Des personnages hauts en couleurs qui sauront amuser les jeunes aventuriers dès 11 ans. 10, si bons lecteurs.
J'ai adoré les illustrations qui sont un vrai plus, apporté à l'histoire.


Ma note : 15/20 

A lire si vous aimez : les histoires d'aventures, les mondes et les personnages différents.

A ne pas lire si vous n'aimez pas : l'humour potache un peu lourd par moment.


Morceaux choisis :

Jean-Michel n'en croyait pas ses yeux. D'abord, il n'y avait pas une lune dans le ciel, mais trois : une violette, une jaune, et une verte. Et le paysage ! Ca ne ressemblait à rien de ce qu'il avait vu jusqu'à présent : aux abords d'une immense forêt vert fluo,  s'étendait une vaste lande caillouteuse ; et dans le lointain, s'élevaient de hautes montagnes fumantes.
Il se rendit compte par la même occasion qu'il n'était pas sur la terre ferme mais sur une sorte de bateau.
Et il y en avait cinq, non, six autres semblables qui flottaient sur un lac... non, c'était impossible. Jean-Michel ferma les yeux et les rouvrit.
Il n'y avait pas de doute : le lac était suspendu dans les airs et ne tenait à rien.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire