Mes derniers Avis lectures




6.6.16

Bodyguard T1 : L'otage


Auteurs :   Chris Bradford

Genre  Jeunesse, thriller, policier

Edition : Casterman

Année d'édition :  4 mars 2015

Pages :  370

Prix Broché: 15 €  Prix numérique: 9 € 99






Présentation de l'éditeur :


Devenu à 14 ans champion de kickboxing par fi délité à la mémoire de son père, le jeune Connor Reeves est recruté par une branche secrète des services spéciaux britanniques : l’organisation BODYGUARD. Il intègre une unité exclusivement composée d’adolescents formés pour assurer la protection de jeunes célébrités. Après avoir suivi un entrainement poussé et appris à apprécier l’esprit de fraternité qui unit ses nouveaux condisciples, Connor se voit confier une première mission particulièrement ardue : assurer secrètement la sécurité d’Alicia Rosa Mendez, la fille du président des Etats-Unis ! Mais la jeune fille ne songe qu’à fausser compagnie à son escorte personnelle… alors même qu’un groupe de terroristes déterminés prépare son kidnapping. Malgré son manque d’expérience, Connor saura-t-il se montrer à la hauteur ?

Mon avis :


Le cupidon de la couverture a encore frappé !

Comme beaucoup d'entre vous, lorsque j'entends le mot Bodyguard je pense illico au film de Mick Jackson, et de la superbe chanson de Whitney Houston "I Will Always Love You".

Pas de ça ici, enfin pas vraiment. Car Connor n'a que 14 ans. Le tour de force de l'auteur est là. Les gardes du corps, dans cette saga, sont des adolescents, qui pourraient soupçonner un jeune correspondant étranger d'être "l'homme de la situation", celui qui est prêt à sacrifier sa vie, pour sauver la vôtre. En tous les cas, pas Alicia.

Ah si j'avais 20 ans de moins, je me serais bien laissé séduire par ce jeune Connor, personnage attachant. Orphelin de père, il est prêt à tout pour aider sa famille et son prochain. C'est sa première mission, il est à peine formé, c'est encore un bleu, alors allez savoir pourquoi le président Mendez, l'homme à la tête du plus grand pays du monde, Les Etats-Unis d'Amérique, décide que ce doit être lui, et lui seul qui sera chargé de la sécurité de sa fille. Est-ce qu'Alicia est capricieuse ? Oui, elle adore fausser compagnie au secret service. Est-elle agaçante ? Pour mon âge avancé, un brin quand même. Et pourtant, je la comprends, comment réagiriez-vous, si on vous enfermait dans une très belle cage dorée (si, y a plus moche que la maison blanche). Si votre mère se promenait aux quatre coins de la planète et qu'il faille prendre rendez-vous avec votre propre père, pour avoir une chance de l'apercevoir ?

J'ai dû interrompre ma lecture en cours de route, alors que j'étais bien partie, mais d'autres lectures plus urgentes ont fait leur apparition. Seulement lorsque je l'ai reprise, je n'avais plus le même enthousiasme, et le début m'a paru un peu long. Et assez cliché, mais honnêtement, je m'en moque, car une fois replongé complètement dedans, j'ai franchement adoré. Le suspens monte peu à peu en soupape. L'auteur entremêlant habilement les parties concernant Connor à celle des terroristes. Vous, vous en doutez, l'action devient vite prenante, et on a qu'une hâte, plus on avance, c'est de connaître l'issue.


 Et si un jeune homme de 14 ans donnait sa vie, pour sauver la vôtre. Avec L'otage, BodyGuard, annonce une saga que je vais prendre plaisir à suivre. Tous les ingrédients sont là. Une très belle découverte.



Morceaux choisis :

Effacez de votre esprit l'image du gorille bardé de muscles fendant la foule à coups de coude devant une starlette. Oubliez l'agent 007 vêtu comme une gravure de mode, parlant à ses boutons de manchette, une main à l'intérieur de sa veste, prêt à dégainer à la moindre menace. Les meilleurs gardes du corps sont ceux que personne ne remarque.


- Bienvenue dans le bocal ! annonça Alicia. Ici, on sera tranquilles.
Elle franchit la porte donnant sur la terrasse, prit une profonde inspiration et s’exclama :
- LIBERTÉ !
En levant les yeux vers le sommet du toit, Connor aperçut la silhouette d’un tireur d’élite vêtu d’un uniforme noir. Il considéra la haute balustrade de pierre qui formait un bouclier autour de l’espace découvert, se posta entre deux énormes piliers et repéra aussitôt plusieurs agents qui patrouillaient dans les jardins.
Connor commençait à comprendre la détresse d’Alicia. Pour elle, la Maison-Blanche n’était qu’une cage dorée. Une prison dont, ne mesurant pas les dangers qui la menaçaient, elle s’échapperait à la première occasion.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire