Mes derniers Avis lectures


Attention tout les livres jeunesse à partir de Matilda, vous renvois sur mon blog spécial jeunesse, afin que vous puissiez y lire mon avis.

24.5.16

Les grandes jambes

Couverture Les grandes jambes

Auteur :  Sophie Adriansen

Genre  jeunesse, 

Edition : Slalom

Parution :  9 Juin 2016

Pages : 112

Prix Broché: 10 € 90  






Avant toute chose je tiens à remercier les éditions Slalom pour leur confiance.


Présentation de l'éditeur :


Marion, collégienne en pleine croissance, est obsédée par la longueur de ses jambes qui n’en finissent pas de s’allonger, rendant la recherche d’un jean qui lui aille bien extrêmement délicate. A l’âge des complexes, des premiers émois amoureux et de la construction de l’image de soi, être hors cadre se révèle parfois difficile, voire douloureux. Comment attirer les regards de Grégory, dont elle est amoureuse, avec un pantalon qui lui découvre les chevilles ?

Mais alors que le collège part en voyage scolaire à Amsterdam, Marion profite de cette occasion pour élargir son horizon. Elle approfondit sa passion pour l’art, notamment en découvrant in situ le célèbre tableau La Ronde de nuit, et met en perspective ces contrariétés d’adolescente née après l’an 2000 en visitant la maison d’Anne Frank.



Mon avis :



La naine qui se prenait pour une géante par un dimanche de pluie. Merci à Sophie Adriansen, de m'avoir permis grâce à son livre de remonter le temps, ah non pas tout à fait. Car mes complexes à moi, étaient plutôt à l'opposé de ceux de Marion, notre héroïne. Puisque "La courbe du pédiatre est formelle : une fille de douze ans mesure en moyenne 153 centimètres." À l'époque, ma courbe était bien loin, de ma taille adulte, et donc de ces fameux 153 centimètres, d'un autre côté, voyons les choses de façon plus positives, j'aurais éternellement 12 ans, eh oui. C'est beau de rêver non ?

Au début, j'étais assez perplexe, comment peut-on se sentir mal dans sa peau, quand on a des jambes interminables ! Et puis finalement, j'ai trouvé que c'était plutôt amusant de voir que petit ou grand, à l'adolescence, on est tous semblable. À savoir totalement complexé et focalisé sur des détails qu'on est les seuls à remarquer.

Enfin peut-être pas totalement les seuls, (et peut-être pas non plus qu'à l'adolescence), car c'est bien connu, il suffit qu'on soit complexé, sur un truc en particulier pour que les camarades, mettent pile le doigt là où ça fait mal avec leurs moqueries. Allez Marion ne t'en fait pas, moi, je te refile volontiers mes bas de jean ça m'évitera qu'ils me servent de couvre-chaussure, même pas jetable.

Trêve de plaisanterie, mine de rien se petit livre jeunesse fait drôlement réfléchir, Marion a une passion, bien différente des autres adolescents de son âge, le dessin, et la peinture. Franchement avant cette lecture, je ne me serais jamais demandé si Julia Robert's avait des jambes plus longues que Sandra Bullock, ni si cette dernière était mieux proportionnée. Je vous rassure Sophie Adriansen, ne cite pas ces actrices, dans cet ouvrage, mais elle explique, que grand, ne rime pas forcément avec longue jambes. Donc pour évaluer la théorie de l'auteur, j'ai fait une recherche, internet, qui a confirmé, les dire de cette dernière.

Pendant que j'y étais, et puisque "Google est mon meilleur ami" comme dirais mon fiton. J'ai également jeté un œil sur la ronde de nuit de Rembrandt, œuvre largement évoquée, puisque Marion notre héroïne et sa meilleure amie Charlotte, choisissent cette œuvre, pour leur devoir, d'art plastique.
J'aime quand les livres m’apprennent quelque chose. Je fais mon méa culpa à l'auteur, car hormis "La Laitière" je ne connais pas vraiment Rembrandt. Mais je comprends la passion de cette dernière, et de son héroïne qui peuvent rester des heures devant une œuvre, moi, c'est Van Gogh qui me passionne, et je suis d'accord avec Sophie Adriansen, lorsque vous fixez longtemps une toile, celle-ci prend vie.

Petit livre par la taille, mais pas par sa richesse. Puisque à travers Marion, l'auteur aborde, les complexes, les problèmes de l'acceptation de soi, qu'entraîne l'adolescence. Mais également la peinture, et la passion que cette dernière, suscite, devenant parfois un véritable exutoire. Et puis il y a les prémices des premiers émois, croyez-moi, certaines scènes, vous rappelleront immanquablement quelque chose. C'est un véritable plaisir de voir l'héroïne se transformer au cour du roman. 


Morceaux choisis :

Dans la cour du collège, les paires d'yeux sont des mitraillettes. Aucune faute de goût ne passe inaperçue. Les jugements sont immédiats, les conclusions définitives. Les blagues fusent, souvent gratuites, parfois cruelles. 

Porter un jean qui vous va à merveille, ça change votre vision du monde. Depuis que j'ai quitté la maison, je me sens d'humeur à mordre la vie à pleine dents. A conquérir le monde. A relever des défis. A regarder Grégory dans les yeux, peut-être même.

"Nous sommes tous et toutes des Anne Frank car Anne Frank est en chacun et en chacune de nous"

Je réalise qu'un peuple, une nationalité ne peut se résumer à des stéréotypes physiques.





Thé accompagnant cette lecture : thé nougat framboise 

Musique accompagnant cette lecture : Aucune 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire