Mes dernières chroniques




lundi 9 mai 2016

La loi du silence

Couverture La loi du silence

Auteur :  Anita Terpstra
Traducteur : Emmanuèle Sandron

Titre Original : Anders

Genre thriller, suspens

Edition : Denoël

Parution :  22 avril 2016

Pages : 368
Prix Broché : 21€50 




Avant toute chose je tiens à remercier les éditions Denoël pour leur confiance.


Présentation de l'éditeur :


Alma Meester, son mari Linc et leurs enfants Iris et Sander semblent être une famille heureuse. Tout bascule lorsque Sander, âgé de onze ans, disparaît avec un petit camarade lors d'une colonie de vacances. Le corps de ce dernier est retrouvé, mais Sander, lui, semble s'être évaporé dans la nature. Cinq ans plus tard, un jeune homme se signale à un poste de police en Allemagne. Fous de joie, Alma et Linc peuvent à nouveau serrer leur fils dans leurs bras. Il affirme être Sander, le garçon disparu des années plus tôt. Pourtant les retrouvailles sont loin d'être parfaites, et la famille commence à douter. Sander est-il vraiment celui qu'il prétend être ? Il a toujours été un garçon étrange, insaisissable, au comportement parfois malsain... Pour le savoir, ils devront se replonger dans un passé qu'ils préféreraient oublier afin de découvrir ce qui est réellement arrivé pendant la colonie de vacances. Dans ce récit brillamment construit, Terpstra dépeint avec empathie l'amour que porte une mère à son enfant, amour absolu et parfois aveugle.


Mon avis :




Pff quel suspens ! Wouha qu'elle histoire incroyable ! De plus tirée de faits réels !

J'aurais pu vous dire uniquement ceci, car ça résume vraiment en quelques mots, cette lecture.
Non, ce n'est pas un coup de cœur. Mais ça s'en rapproche dangereusement. ( oui, je sais, mais si je les mettais trop facilement, ils perdraient de leurs valeurs).
L'auteure a su m' harponner, sa plume me charmer dès les premières lignes. Nette et précise, elle arrive à nous faire ressentir, la détresse et le désespoir de cette mère, qui cherche son enfant à travers toute la forêt, au soir de son enlèvement.
Seul Maarten, le meilleur ami de Sanders a été retrouvé le crâne fracassé, le pantalon baissé. Mais que c'est-il passé ?

Je vous parlais lors d'une chronique d'un tout autre registre de l'effet papillon. Ici, il est énorme, du début à la fin. La famille Meester, n'a pas pu sortir indemne de cette tragédie. Le père a été anéanti, trouvant du réconfort dans l'alcool, la fille semble soulagée, et la mère, ne veut croire qu'à sa réalité des faits. Malgré tout les non-dits, et les silences, on sent dès le départ, que cette terrible disparition cache, quelque chose d'autre.

Puis avec le retour de Sanders, on apprend à le connaître, et on se demande si c'est une bonne chose qu'il soit revenu. Alors là, je peux vous dire, qu'à partir de ce moment, mon imagination débridée, n'a pas cessé, d'imaginer mille et une fin possible. Toutes, sauf, celle proposée par l'auteure. Richement entretenu par les miettes de révélations distillées, par cette dernière avec parcimonie, et tant qu'à faire, souvent en fin de chapitre, ben tient, du coup, on se dit "encore une page", puis encore une page.

Anita Terpstra, nous plonge tout au long de ce suspens, dans un univers malsain à tel point, que le retour du fils prodigue, ressemble plus à une calamité, qu'à une bénédiction. Pour notre plus grand plaisir, elle nous offre ainsi un roman passionnant et prenant.


Morceaux choisis :

Elle avait souvent pensé que c'était trop de bonheur, qu'un  jour cela s'arrêterait. Comme si une quantité déterminée de joie était attribuée à chaque être humain et qu'une fois cette quantité vécue, c'était fini. Qu'elle idée insensée. Mais quand même.... Quand Sander avait disparu, elle s'était dit que l'heure était venue de payer le tribut.

Il était en train de faire ce dont tout père rêvait de faire avec son fils. Lui apprendre à marcher... Lui apprendre à faire du vélo... Lui apprendre à jouer au foot... Lui apprendre à conduire... Lui apprendre à vivre...




Thé accompagnant cette lecture : Black'n Mojito de MD l'autre thé vert, menthe, citron, me rappelait bien le mystère de cette forêt, le côté Mojito, excellent puisque l'histoire se passe en été. 

Musique accompagnant cette lecture : Spiderman (thème) 

1 commentaire: