Mes derniers Avis lectures


Attention tout les livres jeunesse à partir de Matilda, vous renvois sur mon blog spécial jeunesse, afin que vous puissiez y lire mon avis.

28.4.16

L'horizon à l'envers

Couverture L'horizon à l'envers


Auteur :  Marc Levy

Genre  Romance

Edition : Robert Laffont

Parution :  11 février 2016

Pages : 418

Prix Broché: 21 € 50 Prix numérique: 14 € 90






4 e de couverture :


Où se situe notre conscience ? 
Est-ce qu’on peut la transférer et la sauvegarder ? 
Hope, Josh et Luke, étudiants en neurosciences, forment un trio inséparable, lié par une amitié inconditionnelle et une idée de génie. Lorsque l’un des trois est confronté à une mort imminente, ils décident d’explorer l’impossible et de mettre en oeuvre leur incroyable projet. 
Émouvante, mystérieuse, pleine d’humour aussi… une histoire d’amour hors du temps, au dénouement inoubliable, et si originale qu’il serait dommage d’en dévoiler plus. 
Un roman sur la vie, l’amour et la mort… parce que, après, plus rien n’est pareil.


Mon avis :


Si ce dernier Marc Levy, n'a pas su me séduire assez pour être un coup de cœur, il a su tout au moins me surprendre.
Dès les premières pages, j'ai eu le sentiment que Bernard Werber, avait envahi l'esprit de Marc Levy, a tel point que j'ai eu envie de crier Bernard sort de ce corps !

Si j'aime les deux auteurs, j'ai moins l'habitude d'un Levy scientifique, même si ses romans flirtent souvent avec l'irrationnel. Pourtant, j'étais prévenue dès le départ, car tout est dit dans le synopsis.

Allez savoir pourquoi, je m'étais attendue à une version d' "Expérience Interdite", plus romancée. Sentiment renforcé après la lecture des deux premières pages. (comme quoi mon cerveau est bien irrationnel, aussi quand il veut.)

Quoi qu'il en soit, Bernard Werber a dû m'entendre, car le Levy que je connais et que j'aime lire, a repris ses droits, dès la fin du premier tiers.
Et là, rebelote, j'étais toujours à la recherche de cette fameuse mort clinique. ( pas têtue, la fille.)

Alors quand les choses se sont précipitées pour Hope, j'ai été une fois de plus surprise par ce retournement, ( ça y est t'as compris, ça n'a rien à voir.) enfin, je ne suis pas certaine que le mot convienne. Puisqu'en y réfléchissant bien, c'était assez prévisible, si je ne m'étais pas bêtement entêtée sur l'autre aspect des choses.

Et là stupeur, il était en train de m' emberlificoter, une fin qui s'annonçait démentielle, et complètement incongrue. Heureusement, le père de Hope, personnage secondaire, mais pas idiot, ne croyait pas non plus à cette fin. Et puis cela aurait été sans compter sur l'amour et l'intelligence de Shosh, qui lui avait tout prévu. 

Pour conclure, je dirais, comment je ne pouvais-je pas tomber sous le charme de Hope, elle est de la trempe de ces héroïnes, qui me plaisent tant.  

Un très bon Mar Levy. L'Amour plus fort que la mort et l’amitié ? C'est ce que tente de nous démontrer l'auteur, en se basant sur des avancées scientifiques à peine croyables, en s'inspirant d'une histoire vraie.
 J'espère que les personnes qui ont influencé cette histoire, rencontreront leur Marc Levy pour connaître un Happy end.



Morceaux choisis :

_ Quelqu'un qui vous garde dans ses bras quand il dort, qui vous sourit en ouvrant les yeux, c'est comme une étincelle d'amour qui peut vous rendre heureuse. Et ne va pas paniquer parce que j'ai prononcé ce mot, c'était juste une façon de parler.

_ Je crois que tu as peur du bonheur, Hope. Peut-être que tu crains d'y gouter et qu'il te file entre les doigts. Mais le bonheur, ça demande de prendre des risques. Toi, quand tu veux te faire plaisir, le truc qui te vient à l'esprit, c'est d'aller au labo ou de potasser tes livres à la bibliothèque. Comment peux-tu travailler avec une telle rage au coeurde changer le monde et te contenter de la monotonie de ta vie ? Mais si tu n'es pas prête à tout pour repousser les murs de ton quotidien, alors peut-être que tu ne veux pas être heureuse.

(...) il est des endroits de ce monde où la mort emporte tant de gens que le temps du deuil ne dure pas plus d'un jour, parfois seulement une heure. Et puis la mort est oubliée, parce qu'une autre lui succède et une autre encore, et si l'on ne donne pas tout ce que l'on a en soi pour survivre, c'est vous qu'elle emporte.

Il prit une feuille de papier et se mit à faire un croquis du cerveau. Les toubibs ont parfois besoin de se raccrocher à un stylo quand ils ont des informations très importantes à vous communiquer ; ils doivent penser que leur patient ne comprennent pas le sens des mots, alors ils se sentent obligés de leur faire un dessin. Quand une tumeur est bien dessinée, elle a l'air beaucoup moins méchante qu'en vrai. Ça marche aussi avec d'autres maladies.


_ Tu as peur de la mort ?
_ J'ai peur de la tienne.
_ S'il y a une vie après la mort, je la commencerai très jeune, toi tu y entreras en claudiquant comme un vieillard.
_ Pourquoi je devrais mourir très vieux ?
_ Parce que l'a vie est belle et que je te l'ordonne.
_ Moins il demeurera de l'un ou de l'autre plus il restera de nous.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire