Mes dernières chroniques




jeudi 24 mars 2016

Pour une meilleure vie, tome 1

Couverture Pour une meilleure vie

Auteurs :  Frédérique Arnould

Genre  Fantasy, romance, dystopie, young adult

Edition :  Angels

Année d'édition :  5 décembre 2015

Pages : 225 pages sur ma liseuse 


Prix Broché: 14€99  Prix numérique: 4€ 99






Avant toute chose je tiens à remercier les éditions Angels et l'auteure Frédérique Arnould pour leur confiance.


Présentation :


Dans un monde régi par une classe de nantis, les pauvres tentent de survivre à une politique d’oppression.
Après la mort de son père, Émie, une fille de la classe inférieure, va tout perdre en se retrouvant propulsée dans ce monde de privilégiés qu’elle déteste plus que tout.
Grâce à une rencontre, elle va surmonter sa haine. Elle va apprendre à évoluer dans ce monde hostile, tout en déjouant les manipulations dont elle est constamment la cible, et découvrir son don.



Mon avis :


Avec sa nouvelle saga Frédérique Arnould, nous plonge dans un monde effroyable, de réalisme. Un monde horrible, ou les nantis, ne se contentent pas de rabaisser les pauvres, mais de les exterminer à leur guise. Notre propre histoire n'est pas exempte de tels génocides.

Leur but, découvrir et exterminer les magiciens, car une prophétie, annonce que l'un d'eux issu des deux mondes sera à l'origine de la dévestiture du gouvernement actuel.

Tout laisse à penser pour le moment que c'est la jeune Emie qui s'avérera être celle dont la prophétie parle. 
Je vous avoue que j'ai craint un instant que l'auteure ne prenne le même plan que pour sa première trilogie (que je vous recommande fortement), j'étais tellement concentrée sur le triangle amoureux entre Emie, Henri, et Stélios, que je n'ai pas vu se dessiner un autre plan, concernant la mère de la jeune héroïne, je me suis fait avoir par l'auteure comme une bleu. Me laissant berner par le côté facile et prévisible.

Emy et Alexia (cf la guerrière d'argalone) se ressemblent dans leur caractère, et leur côté tête de mule. Mais j'ai une nette préférence (pour le moment) pour la première héroïne de l'auteure.

Un premier tome, amorce d'une dystopie déjà prenante. Le style de Frédérique Arnould reste fluide. Les chapitres sont relativement courts donnants ainsi du rythme à l'ensemble. Une confrontation de deux mondes que tout oppose. En un mot addictif, quoi !


Un petit morceau pour mettre en appétit :


(...) Sans me retourner, je m'engouffrai dans la grange de mon père et me pelotonnai derrière les piles de bois qui nous servait à nous chauffer. Henri me rejoignit rapidement. Il s'assit à mes côtés et me prit la main. Je la lui retirai instantanément.
_ Ma mère va épouser monsieur Frigmann.
_ Tu plaisante ! répliqua Henri soudainement devenu blanc.
_ Est-ce que j'ai l'air de rire ? lançais-je la voix tremblante de colère.
_ Ce n'est pas possible, cracha-t-il. Elle ne fait pas partie de son milieu. Pourquoi voudrait-il se marier avec ? Cet homme hait les pauvres.
_Elle n'est pas de notre classe sociale, répondis-je tristement.
Henri baissa la tête vers le sol. Ses yeux se remplirent d'incompréhension puis de peur.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire