Mes derniers Avis lectures




23.3.16

Dans l'intimité de mon salon du livre de Paris 2016

Afficher l'image d'origine









( Je déteste ce nouveau nom)



Si je tenais un journal intime, j'aurais certainement gribouillé une bonne centaine de pages, pour décrire cette incroyable aventure. Ce séjour merveilleux dans la capitale.

J'aurais certainement précisé que nous étions arrivés vers les 13 h en gare d'Austerlitz, que j'avais laissé le beau soleil castelroussin pour le gris et le froid parisien.


Si je tenais un journal intime, j'aurais sans doute précisé qu'au lieu de mettre une heure comme prévue pour gagner l'hôtel, nous avions mis une demi-heure de plus, car Quasimodo chéri, n'avance pas vite, et par malice, j'aurais certainement précisé que je portais le plus gros des bagages, pour que les gens me plaignent.

Si l'aspect extérieur de l'hôtel ne payait pas de mine, je suis tombée amoureuse de l'intérieur et de la chambre.

(je n'ai pas pensé à prendre des photos sur place, celles que vous verrez sont donc celles que l'hôtel a mis en ligne).


La Chambre
Résultat de recherche d'images pour "Villa Bellagio IGR Villejuif"Résultat de recherche d'images pour "Villa Bellagio IGR Villejuif"Résultat de recherche d'images pour "Villa Bellagio IGR Villejuif"

L'hôtel

  

Il était prévu que nous arrivions le mercredi dans l'après-midi, pour éviter les mêmes problèmes que pour Montreuil à savoir, se trimbaler avec les bagages jusqu'au SL. Ce que j'ignorais, c'est qu'une semaine avant je recevrais un mail d' Olivier Dubois du Nilac, qui est à l'origine de la méthode de lecture, des alphas, m'invitant au cocktail d'inauguration du mercredi soir, ainsi qu'au spectacle prévu, (du moins, une partie du spectacle qui se jouera cet automne à Paris, en collaboration avec les ballets Russes)


Un cocktail aux couleurs de la Savoie


L'histoire ( en gros) un petit garçon est triste, il a trouvé un livre, mais il ne sait pas lire, et voudrait s'avoir ce qu'il y a dedans, son ami le clown va l'aider en demandant à Cosmo-Pollux de l'emmener au pays des Alphas, mais bien sûr tout ne sera pas évident, car une méchante sorcière veut empêcher les enfants d'apprendre à lire.

J'ai été convaincue, et, par la méthode d'apprentissage de la lecture que propose la méthode Alpha, et par le spectacle qui m'a pour un temps redonné une âme d'enfant. C'est donc avec plaisir que j'irai voir la version complète.


Si je tenais un journal intime, j'aurais certainement précisé que le SL en lui-même n'ouvrait ses portes officiellement que le jeudi, et qu'après une courte pause de quelques heures de sommeil réparateur, et deux cafés et thé à la menthe plus tard, nous serions de retour, pour une première journée bien chargée.



Notre rituel d'avant et d'après le SL, un grand café pour Quasimodo, et une petite théière de thé à la menthe pour moi, porte d'Italie, au moment de la correspondance entre le bus et le tram (plus sympathique que le métro).


Et voilà c'est partit pour trois jours 




Jeudi :

Trois priorités pour ce premier jours


La première rencontré Stéphane Michaka et sa cité 19

Il est le premier surpris de son succès, au détour de la discussion, il m'apprend qu'au départ ce ne devait être qu'un one shot, mais la réaction des fans, l'ont poussé à écrire une suite.




La deuxième 

Allez à la rencontre de ma gothique amoureuse repérée lors de ma PALM de décembre 2015 




Vous savez quoi ? Je crois que Cécile Guillot est beaucoup plus sage que moi :p (Elle a dû être désespérée en voyant un clown comme moi, et tous les jours en plus !! Ben oui, elle était dans le coin qui m'intéressait le plus.)

La troisième

ENFIN !! Enfin, j'ai la chance de pouvoir parler à Marc Levy, et là ceux qui me rencontrent sur les salons, savent que logiquement, je suis un vrai bout en train, pour vaincre ma timidité naturelle, oui, mais là face à Monsieur Levy, cette dernière est revenue au grand galop, et si ce n'était pas lui qui aurait ouvert la conversation la fille, n'aurait peut-être même pas ouvert la bouche, tant les caméras et appareils photos qui ont précédé son entrée, ainsi que la file à rallonge derrière moi, m'ont impressionnée. Qu'est-ce qu'il est gentil Marc Levy, je peux vous dire que ses détracteurs ont bien tort. Il est rare qu'un homme aussi célèbre reste autant simple et jovial.





Si je tenais un journal intime, je me serais sans doute félicité pour le timing de mon planning. Je n'ai pas eu d'attente réelle, puisque même pour Marc Levy, j'étais la troisième. Cool...


Première journée fatigante, et stressante, je décide après Marc Levy que finalement, je n'irais pas voir Bernard Werber qui n'était pas une priorité, j'aurais pu y aller, j'avais le temps, mais je commençais à étouffer dans le salon.
Je m'étais programmé une soirée détente et lecture.





Enfin ça c'était avant, car je me suis quasiment endormie tout de suite, après le bain.



Vendredi :


Ma présence sur le salon n'étant pas indispensable avant le début d'après-midi, avec Quasimodo Chéri, nous avons eu envie de jouer un peu les touristes, même si nous connaissons bien Paris. Je reconnais quand même que la ville des amoureux a bien changé depuis que nous la fréquentons moins. Ah si vous l'aviez connue il y a encore vingt-ans de cela ! Sans même nous concerter, nous choisissons les quais, petit retour à notre jeunesse. Malheureusement, nous n'avons pas pu faire grand chose, un souci sur une ligne de métro, forcément le notre, nous fait perdre deux heures. On a juste le temps de siroter une boisson chaude à Mac Do, et de faire un trop vite tour chez Gibert, avant de sauter dans le bus.


Je reviendrais, c'est sûr, il faut vraiment que je m'accorde un peu de temps pour y retourner. Même si mon porte-monnaie, ne trouve pas que se soit une nécessité.


Finalement, j'arrive en retard pour la conférence, dommage, elle avait l'air bien intéressante.


Heureusement, ce n'était pas ma priorité. J'en avais deux, Alwett, ou princesse Sarah et Karine Giebel.

J'avais deux questions essentielles à leur poser à la première, comment lui était venue l'idée de reprendre les princesses Sara, avec ce côté steampuk, à la seconde, pourquoi elle avait choisie La Brenne, pour son livre "Purgatoire des innocents" qui était mon coup de cœur pour l'année 2013 (voir mon avis de l'époque


Avec Audrey Alwett, on parle de son idée de reprendre les princesses Sara, des petits secrets du tome 9 qui sortira à la rentrée. De son ebook, de ces autres albums, bref ne laissez jamais deux pipelettes ensembles.







J'ai enfin la réponse à ma question sur le choix de la région pour "Purgatoire des innocents", Karine Giebel m'a conseillé un autre de ses titres, lorsqu'elle a su que j'avais adoré le Purgatoire, je l'avais sur mon ancienne liseuse, mais j'ai eu envie de le prendre en version papier également l'occasion pour moi, de revoir l'auteure le lendemain. (pas de photo, mon appareil est HS)
Après avoir tourné une heure de plus dans le salon à la recherche de Mell 2.2 que j'aurais aimé rencontrer pour parler de son livre "Clin d’œil" un de mes top 3 de l'année 2015, ne trouvant pas le stand, je décide de rentrer, une nouvelle migraine fait son apparition.


Samedi :

C'est déjà le dernier jour, mauvaise nouvelle, lors de la pause-café place d'Italie, on s’aperçoit que l'appareil photo bug. On espère qu'il pourra tenir toute la journée (il nous lâchera quelques heures plus tard).


Programme chargé pour ce dernier jour, aller à la rencontre de Romain Puértolas, assister à la conférence sur la dystopie, rencontrer Ariane Bois et Nadine Monfils.

Je ne vous surprendrais sans doute pas beaucoup si je vous dis que notre "fakir" national est à la hauteur de ses livres, charmant et plein d'humour, rendez-vous est pris, pour la fin du mois prochain sur Châteauroux.






L'appareil n'aura pas fini sa journée, il m'a laissé prendre une dernière photo trouble de Nadine Monfils, avant de rendre l'âme, du coup pas de souvenir (sauf dans le cœur, se sont les plus beaux de ma rencontre avec Ariane Bois) de mon trio de choc, de notre retour, il m'a avalé toutes celles que j'ai tenté de faire pendant la conférence sur la dystopie. 




Voilà livre Paris s'est fini. Un dernier tour pour dire au revoir à Lumen éditions, à bientôt pour Montreuil, au revoir vite fait à Cécile Guillot en passant pour aller saluer l'équipe des Use Book, il y a eu beaucoup de monde en ce samedi après-midi.




Si je tenais un journal intime, j'aurais certainement raconté mon réveil du dimanche matin, pas banal, nous étions malgré nous, au première loge d' une reconstitution de meurtre. Mais ça s'est une autre histoire.















4 commentaires:

  1. Tu es revenue avec de sacrés souvenirs, des étoiles plein les yeux.
    Ton mari est un ange de te suivre comme ça.
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, Viou, pleins d'étoiles, et effectivement j'ai beaucoup de chance, mon mari, qui ne lit pas, adore m'accompagner.

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Ouuii !!! Bon est-ce qu'à Montreuil on arrivera à ce voir, en chair et en nonosse ?

      Supprimer