Mes dernières chroniques




vendredi 19 février 2016

Le joyau tome 1

Auteur :  Amy Ewing

Traducteur : Cecille Ardilly

Titre Original : The lone city, book 1 : The jewel

Genre Dystopie, Young Adult

Edition : Robert Laffont

Parution :  18 septembre 2014

Pages : 452

Prix : 17 € 90




Résumé :


Vous êtes plus précieuse que vous ne le pensez. Le Joyau, haut lieu et coeur de la cité solitaire, représente la richesse, la beauté, la royauté. Mais pour une jeune fille pauvre comme Violet Lasting, le Joyau est avant tout synonyme de servitude. Et pas n'importe laquelle : Violet a été formée pour devenir Mère-Porteuse. Car dans le Joyau, le vrai luxe est la descendance... Achetée lors de la Vente aux Enchères par la Duchesse du Lac, Violet – le lot 197, son nom officiel – va rapidement découvrir la réalité brutale qui se cache derrière l'étincelante façade du Joyau. S'exercer à la cruauté, à la trahison et aux coups bas est la distraction favorite de la noblesse. Violet doit accepter son sort et tâcher de rester en vie. C'est pourtant dans ce sinistre quotidien qu'elle tombe amoureuse d'un séduisant garçon, loué pour servir de compagnon à la nièce aigrie de la Duchesse. Cette relation interdite vaudra aux jeunes amants d'affronter les plus grands des dangers... La nouvelle trilogie événement, par l'éditeur de la série best-seller La Sélection !



Mon avis :


Voilà le genre de couverture capable de me faire craquer. Et puis, un coup acheté, il dort gentiment dans ma PAL, là, c'est pire, sachant qu'il s'agissait d'un premier tome, et que c'était une énième dystopie, même si j'aime beaucoup le genre, je reconnais qu'elles ne se valent pas toutes, je l'ai acquis en version E-book, me disant que je prenais moins de risque si je n'aimais pas, et que par la même, je faisais une bonne action, puisque j'utilisais la carte cadeau que l'on m'avais offerte.
Je ne sais pas vous, mais moi, j'ai tendance à moins me formaliser pour les numériques, que pour les livres papiers. J'ai également tendance à les oublier plus facilement, oups.

Donc cela fait plus d'un an que ce livre attend sagement que je m'y intéresse. Après un début des plus, lent, puisque, qui dit numérique, dit, lecture avant dodo, et ce dernier arrivait relativement vite, shootée comme je l'étais par les médicaments, en cause, les vilains virus de l'hiver. Enfin là, n'est pas le problème, je disais donc que ma lecture s'est éternisée sur plusieurs semaines.

Au début, je ne voyais pas trop où l'auteur voulait en venir, les réponses à certaines de mes questions arrivant bien plus tard. Oserais-je dire que ce livre, comme beaucoup de ses prédécesseurs a souffert du syndrome du premier tome, et bien oui, en partie, tout au moins sur les 100 premières pages. Et puis l'intrigue et mon intérêt pour cette dernière, c'est envolée. Je ne l'ai plus lâché. Impatiente que j'étais de connaître la suite des aventures de Violet. Car elle et sa maîtresse, la duchesse du Lac, ont fini, chacune a leur manière, par me séduire.
J'aime beaucoup le côté rebelle de Violet, tout comme je trouve le côté, petite fille gâtée et capricieuse, intéressant chez sa maîtresse. Par contre, j'ai été beaucoup moins sensible, à leurs autres facettes, l'incrédulité pour l'une, la médisance et le côté démoniaque pour l'autre.

Tout comme j'ai été déçu par la romance proposée, je ne trouve pas le couple Violet-Ash très crédible, je lui aurais préféré, un autre jeune homme, beaucoup plus énigmatique et charismatique, le fils de la duchesse, lui-même ! Et vu la fin, je peux déjà vous dire, que je ne vais pas attendre un an et demi pour lire le second opus.

Enfin, je trouve l'idée d'associé, le rôle de mère porteuse, à celui, d'esclaves vraiment captivants, je suis curieuse de voir, jusqu'où l'auteur va aller dans sa logique.

Un premier tome, qui, un coup passé, les affres de la mise en place, laissent deviner une suite prometteuse, l'idée à le mérite d'être originale, le rebondissement final, appel non seulement le prochain numéro, mais, s'avère également totalement inattendu. Cette saga semble bien partie pour séduire, la tranche d'âge auquel, elle se destine.



Un petit morceau pour mettre en appétit :


La femme aux yeux en forme d'amande brandit soudain un petit miroir bleu. A cet instant, la bougie s'éteint. Mon souffle se suspend.
_ Adjugée ! s'écrie le commissaire-priseur. Vendue pour la somme de six millions de diamants. A la duchesse du Lac.

VENDUE.
Le mot résonne dans ma tête sans que j'en comprenne vraiment la signification.
J'ai été vendue.




Le joyau : le trailer



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire