Mes dernières chroniques




vendredi 12 février 2016

La tempête du siècle


Auteur :  Stephen King

Titre Original : The Storm of the century

Genre thriller, fantastique 

Edition : Le livre de poche

Parution :  29 août 2001

Pages : 448

Prix : 7 € 60




Lu dans le cadre d'une lecture commune. 


Résumé :


Sur l'île de Little Tall, on a l'habitude des tempêtes. Pourtant, celle qui s'annonce sera, dit-on, particulièrement violente. Et surtout, la petite communauté tremble d'héberger Linoge, l'assassin de la vieille Mrs Clarendon. Lui n'a pas peur. Il s'est laissé arrêter. Il connaît son propre pouvoir. Si on lui donne ce qu'il veut, il partira. Et tandis que l'ouragan se déchaîne, dans le froid et la neige, il va faire connaître ses exigences...



Mon avis :


La tempête du siècle est mon second livre de Stephen King, jusqu'à présent, je redoutais la lecture de ses livres, dit "d'horreur", le seul que j'avais lu de cet écrivain, oh combien célèbre, était la ligne verte. Tellement poignant. Mais comme je sais que ce grand monsieur, est l'auteur préféré, d'un des miens, j'ai donc franchi le pas. Pauvre folle que je suis...

Je dois dire que ce qui m'a le plus dérangé, au départ, et finalement le plus plu, c'est son écriture. Pour être plus précise, j'avais l'impression d'avoir entre les mains, un script, et non un roman, alors si ça déroute au début, la richesse des informations, nous donnent une réelle vision des événements, ce qui finit par être un grand avantage.
Cela dit, n'en faisons pas tout un plat, ça permet aussi, de l'achever (sans vilain jeu de mots, quoi, que) très rapidement.

Les personnages sont tous crédibles. J'ai bien évidemment adoré Mike, et j'ai pris beaucoup de plaisir à détester Linoge ! Qui d’emblée tue une pauvre vieille sans défense, ( sauf si c'était ma voisine, mais ce n'est pas le cas). J'ai souvent eu envie de lui tordre le cou, mais je mis serais cassées les dents. Cet homme, si on peut l'appeler comme ça, est oh combien énigmatique, et maléfique.

Pour tout vous dire, je craignais que ce soit, un livre d'horreur, mais en fait, je le trouve beaucoup plus axé thriller psychologique, même si l’hémoglobine s’épanche assez facilement.

Linoge a envahi, la petite île de Little Tall, en pleine tempête, dans un but bien précis, et croyez-moi, il n'en repartira pas, avant de l'avoir, d'où cette chute juste démentielle. (bien que prévisible, à celui qui sait lire entre les lignes) Mais ne jugez pas trop vite, pauvres humains, car le diable est dans la place.

Une de mes mousquetaires m'a promis le film, j'ai hâte de le voir.


Morceaux choisis :

Martha est intriguée - bien sûr - par l’apparition de cet étranger, mais pas réellement mal à l’aise. On est sur l’île, après tout, et jamais il n’arrive rien de grave sur l’île. Si ce n’est une tempête de temps en temps, évidemment. L’autre chose qui l’intrigue est que cet homme est un parfait étranger pour elle, et les étrangers sur l’île sont rares, une fois terminé le bref été.


Quand on vous dit que c’est la fin du monde, c’est en général pour vous vendre des céréales. Quand on vous dit de ne pas paniquer, c’est que c’est sérieux.


La tempête du siècle. Une tempête d’une telle violence que Little Tall se trouverait coupée du continent, et réduite à ses propres ressources. La neige est belle ; la neige est mortelle ; la neige est aussi un voile, comme celui qu’utilise un magicien pour dissimuler un tour de passe-passe. L’île coupée du monde et cachée par la neige, mon père Fouettard (déjà, je pensais à lui sous son nom officiel, André Linoge), du fond de sa cellule, peut faire de gros dégâts. Sans même, pour les pires, avoir à quitter la banquette sur laquelle il se tient jambes repliées sous le menton, s’entourant les genoux de ses bras



1 commentaire:

  1. Ah tiens celui-ci je ne l'ai pas lu ! Il ne faut pas mettre le petit doigt dans l'univers très vaste du King sinon on perd un bras :D

    Et sinon je t'ai taguée Micka :D

    RépondreSupprimer