Mes dernières chroniques




mercredi 17 février 2016

Esprits Enchaînés


Auteur :  Florence Cochet

Genre  fantastique 

Edition : Flammèche

Parution :  4 janvier 2016

Pages : 300 (sur ma liseuse)

Prix Broché: 19 € 90 ou 4 € 99 format Kindle






Avant toute chose je tiens à remercier les éditions Flammèche pour leur confiance.


Résumé :


Loren Ascott, détective au sein de l’Agence de Recherche Paranormale, n’a a priori rien d’extraordinaire si ce n’est un don pour s’attirer les ennuis. Lorsqu’un certain Anderson demande à la rencontrer et lui propose une mission pour le compte du riche collectionneur Sir Andrew Telmoore, elle hésite. Pourquoi elle ?
L’homme sait se montrer convaincant. Et puis, traquer un esprit dans un vieux château en rénovation n’a rien de bien compliqué… Alors pourquoi pas ? C’est avec l’espoir de rapidement régler l’affaire que Loren quitte la grisaille parisienne pour les vertes forêts du Gévaudan.
Mais une fois sur place, elle déchante vite. Car les murs du château de Baldassé semblent renfermer de nombreux et terribles secrets. Des secrets que son nouvel employeur s’est bien gardé de lui révéler…



Mon avis :



Qu'est-ce que j'aime la plume de cette auteure, nette et précise, fluide et travaillée, cela me, rappel, une réflexion d'une blogueuse qui la qualifiait "d'écriture du 19 e siècle, voir début 20e", bien évidemment, je ne suis pas d'accord, et pourtant, je comprends son sentiment. Car la richesse de la syntaxe de Florence Cochet surpasse de loin, l’insipidité, de nombreux Best-seller du moment, je pense notamment à la trilogie de E.L James, encore que le lecteur français, est privilégié, grâce à une traduction embellissante.

Mettez à cela une héroïne charismatique, et de surcroît épicurienne, (à faire pâlir, les pauvres femmes que nous sommes, éternellement au régime le lundi). De plus dotée d'un don paranormal, plongez-la dans une région tristement célèbre, le Gévaudan, n'oubliez pas le château hanté, digne de Dracula, même s'il est en ruine. Et pour achever le tout, seule femme à des kilomètres à la ronde, au centre d'un conflit Franco-Anglais, que se mènent les équipes en charge de la rénovation, du dis château. Vous obtenez une histoire passionnante. Véritable page tuner.
Les personnages secondaires sont tout aussi intéressants que Loren, notre héroïne, bien que plus énigmatique. Comme cette dernière n'a pas une seule Hantité à laquelle se confronter, les rebondissements sont nombreux. 
Bien que certaines issues soient prévisibles ( et j'aurais été déçue, s'il en était autrement) Florence Cochet a su ménager les rebondissements jusqu'à la fin.

Comme j'aime beaucoup le travail de cette auteure, et que je me suis, d'emblée, attachée à l'héroïne, je vais être un brin tatillonne, lui reprochant parfois, un peu de facilité, pour se sortir, des situations, en l'occurrence lors du bidouillage du gardien afin de réparer son énorme bêtise. Je ne suis pas sûre de la crédibilité de l'acte. Il aurait été intéressant de se retrouver avec une Loren telle qu'elle est à la fin, sans ce tour de passe, passe. ( comprendrons ceux qui auront lu l'histoire, et l'auteure évidemment, les autres lisez-le, et dites-moi ce que vous en pensez).

Avec Esprits Enchaînés, Florence Cochet nous offre un roman fantastique, dans tous les sens du terme. Qui se révèle être un petit coup de Coeur en ce qui me concerne. Si vous ne connaissez pas encore cette auteure, je vous la recommande chaudement. Florence Cochet est à la romance fantastique, ce que Mr Chattam, et Mme Giebel sont aux thrillers.



Morceaux choisis :

Quelle nouille ! Un jour, j'apprendrais à tourner sept fois ma langue dans ma bouche avant de parler. Dans l'intervalle, j'assumerais mes âneries


_ Ces hommes sont des assassins. Si je ne leur obéis pas, ils me tueront. 
_ Quelle ironie : si tu leur obéis, c'est moi qui te tuerai. Que préfères-tu ?


La touche de respect que je perçus chez lui m'intrigua.
_ Qu'est-ce que ça change ?
_ Votre lignée est protégée.
Pas contre les ennuis ! 


_ Qui êtes-vous vraiment ?
_ Je ne suis pas autorisé à vous révéler grand-chose.
Ça, je commençais à en avoir l'habitude.
_ Je vous écoute quand même.


Mais quel humour ! Je ne comptais pas me faire trouer la peau régulièrement. Ça fait mal, au cas où il ne le saurait pas.

n3.jpg

2 commentaires:

  1. Ta chronique me conforte dans mon envie de découvrir ce roman.

    RépondreSupprimer
  2. Ta chronique me donne envie de découvrir cette histoire!

    RépondreSupprimer