Mes derniers Avis lectures




12.1.16

Étreintes Masquées


Auteur :  Collectif


Genre  Nouvelles érotiques


Edition :  Livre.Book


Année d'édition :  31/10/2015


Pages : 85 sur ma liseuse



Avant toute chose, je tiens à remercier Julie Derussy et les éditions Livre.Book, qu'elle représente, pour leur confiance.


Synopsis :


Le visage dissimulé sous un loup noir, laissez-vous entraîner dans la danse !

Bal nocturne, rendez-vous anonyme, énigme d’un jour ou de toujours, les possibilités sont infinies. Une chose est sûre : si les masques restent en place, les vêtements, eux, vont tomber, les corps s’enlacer, se révéler dans la jouissance. 

Peut-être ne saurez-vous jamais qui vous a fait trembler et gémir de volupté...

Dix nouvelles pleines de mystère et de désir, pour votre plus grand plaisir.



Mon avis :


Étreintes masquées est un recueil de 10 nouvelles érotiques, comme son titre le laisse deviner, le fil conducteur, est l'amour avec un masque. Si le thème du bal masqué est récurant, je reconnais que certains ont fait preuve de plus d'originalité.
J'ai adoré me laisser surprendre par ces nouvelles, l'éditeur a su parfaitement panacher les nouvelles, regroupant, tous les domaines que nous offre la littérature érotique. Petit plus, les 10 nouvelles sont très agréables à lire. Ce qui ne gâche rien.
En général sur un collectif, je n'aime pas trop mettre une nouvelle, plus en avant que d'autre, et pourtant pour une fois, je vais mettre à l'honneur celle de Jerk, "L'homme sous le masque" peut-être la plus inattendue et la plus originale.

Laissez-vous charmer, par ce recueil, et partez à l'aventure sensuelle que nous proposent les auteurs. À travers les nombreux univers de littérature érotique, pour les adeptes, il y a même les thèmes à la mode, de la littérature gay, et une évocation au BDSM.


Morceaux choisis  :

Dans sa grande mansuétude, le Commandant me dépose une fois le mois quelques livres. Je m'instruis autant que je peux. Je bénis chaque jour ma préceptrice autant que je maudis celui qui m'a fait conduire ici, c'est un peu grâce à elle que la folie n'a pas encore atteint mon esprit.

(...) Aussi quand c'est un << Bonjour >> féminin et lumineux qui accompagne mon déjeuner, je sursaute. Mes yeux s'accrochent à son regard bleu azur, pareil aux flots de la Méditerranée. C'est un mirage, une hallucination que crée mon état de prisonnier. Elle est belle, encore plus pour un homme qui n'a pas pris femme depuis plusieurs mois. De longs cheveux châtains, dans les premiers rayons de l'aube, des poignets fins, un sourire maternel, la candeur d'une demoiselle de seize ans, elle éveille en moi un désir intense. (...)







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire