Mes dernières chroniques




mercredi 25 novembre 2015

Confession d'une accro du shopping


Auteur :  Sophie Kinsella
Traducteur :  Isabelle Vassart

Genre Chick-lit

Edition : Pocket

Année d'édition :  2004 pour cette édition 

Pages : 371


 Prix : 7€30 




Synopsis :


Selon Rebecca Bloomwood, "si l'on pouvait porter des vêtements neufs tous les jours, la dépression nerveuse n'existerait plus". Droguée au shopping, notre héroïne s'expose à un nombre de tracas aussi impressionnant que le montant du relevé de sa carte de crédit. Témoin de la riche correspondance qu'elle entretient avec son banquier... Comble de l'ironie: Beckie est journaliste à Réussir vos épargnes, où son travail consiste à expliquer à ses lecteurs comment gérer leur budget. Les dettes s'amoncellent... Un dernier shopping pour se remonter le moral ? Impossible, toutes ses cartes sont bloquées. De solutions empiriques en effroyables mensonges, c'est la panique. De quoi miner aussi son début d'histoire d'amour avec le séduisant homme d'affaires Luke Brandon. A ce stade, une issue heureuse ne tiendrait-elle pas du miracle ?



Mon avis :


Honnêtement, je me suis demandée si j'allais le chroniquer ou pas.
Ma petite sœur, (enfin par la taille, car sinon elle est plus âgée, mais ma vieille sœur, ça ne le fait pas trop quoi) m'a dit qu'il existait un film tiré de ce livre. Je n'ai pas encore pris le temps de me pencher sur la question.

Donc je me suis ennuyée, mais vraiment, sur la première partie du livre. Je ne crois pas que ce soit le fait que Beckie, s'achète des trucs en permanence, alors qu'elle est déjà dans une situation plus que critique. Je crois surtout que c'est les excuses qu'elles invoquent, trop d'humour, tue l'humour ?

Toutefois est-il que je ne sais par quel miracle, j'ai fini par m'attacher à elle, (oui, j'en suis la première surprise.) Aussi quand il a fallu, qu'elle sauve son honneur, devant une pimbêche, j'ai été ravie de la tournure des événements.
(pour les fans invétérés de la saga qui passeraient par là, pour lire ce modeste billet, c'est après le coup de la valise, que j'ai vraiment apprécié l'héroïne.)(pour les autres, si vous voulez savoir, c'était quoi cette histoire de valise, et bien, il vous suffit de lire le livre).

Sérieusement, je n'abandonne pas souvent un livre, et si la traduction (et/ou la plume de l'auteur) n'avait pas été aussi agréable à suivre, j'aurais raté quelque chose en l'abandonnant. Puisque finalement la seconde partie m'a bien plu.

Bien évidemment je me doutais du dénouement, puisqu'il s'agit d'une chick-lit. Mais j'ai bien aimé la mise en place.

L'héroïne est écervelée, agaçante, au possible, mais il y a quelque chose en elle qui nous touche profondément. Je ne pense pas, continuer la saga. Enfin pas dans l'immédiat, car j'ai cependant bien envie de voir la version BD. 

Morceaux choisis :

J'ai l'impression d'avoir effectué le parcours du combattant. Je pense que le shopping devrait figurer dans les risques cardio-vasculaires.

Tout va bien. Pas de panique. Surtout pas de panique. A près tout, ce n'est qu'une facture de carte bancaire. Un bout de papier et quelques chiffres. C'est fou comme quelques chiffres peuvent vous fiche la trouille.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire