Mes derniers Avis lectures




30.10.15

La trilogie du mal en BD, tome 1 et 2


Scénario:  Maxime Chattam et Michel Montheillet

Dessin :  Michel Montheillet

Couleurs :  Stéfania Aparo et Pamela Poggiali

Genre Bande-Dessinée, thriller

Edition :  Michel Lafon

Année d'édition :  2012

Pages : 48





Synopsis :



Joshua Brolin a souvent été confronté à l'horreur.
Sa carrière de profiler a commencé ici avec l'affaire du "Bourreau de Portland", sa première grosse affaire... Celle qui lui a coûté le plus. Joshua Brolin y était jeune et inexpérimenté.
Il était trop impétueux pour ce tueur froid et méthodique et il allait le payer cher...
Découvrez comment la carrière de Joshua Brolin a commencé dans la police de Portland...

D'après l’œuvre originale de Maxime Chattam.


_______________________________



Scénario:  Maxime Chattam et Michel Montheillet

Dessin :  Michel Montheillet

Couleurs :   Pamela Poggiali, Stefania Aquaro et Christina Toniolo

Genre Bande-Dessinée, thriller

Edition :  Michel Lafon

Année d'édition :  2013

Pages : 56


  

Synopsis :


Une année a passé mais l'affaire du bourreau de Portland pèse encore sur ceux qui ont survécu. Joshua Brolin est hanté par ce meurtrier et ce qu’il l’a obligé à faire et ce ne sont pas les harcèlements de la presse qui vont l’aider à passer à autre chose… D’autant plus qu’une chose étrange s’est produite. Il se retrouve affecté à une enquête sur un meurtre dont le modus operandi est le même que celui du bourreau. Ce peut-il que l’assassin ne soit pas mort ? Pourtant, Brolin est persuadé de l’avoir tué de ses mains…



Mon avis :


C'est grâce à Maxime Chattam et sa page face de bouc que j'ai découvert sa trilogie, version BD, puisque lui-même, non seulement l'approuve, mais vente également sa qualité.

Et là, je reconnais que je suis parfaitement d'accord avec lui. Je n'ai personnellement rien à reprocher à Michel Montheillet, si ce n'est l'attente, pour un prochain volume.
Les dessins sont criants de vérités. Je m'étais fait la remarque qu'on avait l'impression qu'il s'était servi de modèle, un peu comme si, il avait d'abord caricaturé des scènes de vie.
Et là que vois-je en préparant cet article ? Un petit remerciement pour tous ses amis qui ont bien voulu se prêter au jeu de la pose. Pour un rencard avec Chattam, je veux bien être postulante, mais attention pas, en cacabé, hein...

Parlons-en justement de ce côté glauque, peut-être encore plus que les romans. L'univers Chattanisme dans toute sa splendeur, et certains dessins, comment dire... Tellement, superbe, dans l'horreur qu'on a juste envie, de grimacer et dire "beurke".

Je me suis régalée avec ces lectures, peut-être pas à 100 % fidèles aux romans, mais je ne le lui demandais pas. J'aime assez que les scénaristes s'approprient les romans. Si je voulais de l'identique, je n'éveillerais pas ma curiosité, je relierais le roman.

La seule ombre que j'aurais pu trouver, dans le premier volume, c'est les traits (je dirais) trop carrés, pour les visages, une expression pour résumer tout ça, "taillés à la serpe", mais ça s'arrange dans le second volume. C'est moi, ou Joshua Brolin, a un côté Maxime Chattam ? Surtout dans le second volume.

Pour ceux qui ont lu la version roman, à un moment, on évoque une bibliothèque grandiose, celle de l'enfer, je suis contente de voir qu'elle y est toujours, et presque encore plus belle, que celle que j'avais imaginée lors de ma lecture. (non oubliez, ça, ce n'est pas possible.)

Enfin, il faut que je vous dise, lorsque j'ai commandé ces bandes dessinées, je cherchais avant tout à enrichir ma collection Chattam, mais là, mes amis, le livre en lui-même, c'est juste une pure merveille, de l'avoir dans votre bibliothèque. Des couvertures magnifiques, et en relief, s'il vous plaît, des doubles pages intérieures, superbement travaillées. Des petits riens qui ravissent le cœur de la collectionneuse que je suis.

Que vous ayez lu les trois romans, de Maxime Chattam ou non. Je ne peux que vous recommander cette saga bédéesque, car Michel Montheillet a parfaitement su se l'approprier. Tout en conservant l'univers du maître.


En image :


Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire