Mes dernières chroniques




mercredi 13 mai 2015

Le Droit Chemin



Auteur :  Sacha Gellman


Genre érotique


Edition :  Denoël


Année d'édition :  avril 2015


Pages : 198







Synopsis :


Claire est une emmerdeuse. Non pas qu’elle ait mauvais caractère, mais c’est une éternelle insatisfaite. Elle s’est mariée six ans plus tôt. Elle était très amoureuse, alors elle y a mis du sien. Stéphane est un mari séduisant et attentif, doublé d’un bon amant. Mais à trente-deux ans Claire se demande déjà si elle s’est perdue en cours de route. Au cours d’un déplacement, elle retrouve Matthias, un ami, pour déjeuner. Rien ne la prédispose à se mettre en danger, et pourtant tout est prêt pour qu’elle bascule. Au fil d’une exploration sensuelle intense, entre euphorie et incertitude, Claire va questionner ses choix de vie et perdre peu à peu ses repères.




Mon avis :


Je tiens tout d'abord à remercier les éditions Denoël , pour leur confiance.


Le droit chemin, était sans doute le livre de la sélection d'avril que j'avais le plus envie de lire. Le synopsis et cette magnifique couverture mon attirés tout de suite. J'avais vraiment hâte qu'il arrive. Surtout que lors de nos échanges avec les autres lectrices, blogueuses pour les éditions Denoël, ces dernières étaient très enthousiastes, quant à cette lecture.

Ce qui m'ennuie d'autant plus de voir que je suis le trouble-fête avec mon avis mitigé. Sans surprise, l'histoire est agréable à suivre, mais seulement après un début, un peu longuet. Ce n'est qu'aux alentours de la page quarante, que je suis enfin parvenue à entrer dans l'histoire. Le début est certes plaisant, mais peut captivant.

Malheureusement pour moi, par la suite, j'ai également ressentit quelques longueurs. Heureusement pour moi, le style de l'auteure à sauvé ma lecture. Sa plume est agréable, avec une pointe d'humour caustique fort agréable.
Claire semble heureuse en ménage. Elle a épousé un "gentil" mari, attentionné et comme il est médecin, ses revenues lui ont permis d'avoir la vie sociale qu'elle rêvait. " J'adore cette salle de bains. De tous les marqueurs de réussite sociale aujourd'hui apposés à ma laborieuse ascension vers le confort et l'aisance ( la voiture, la garde-robe, le sac, et même les bijoux, que Stéphane adore m'offrir au cours de cérémoniaux ironiques et faussement guindés, pour fêter tout et n'importe quoi), le fait d'avoir deux salles de bains _dont une directement accessible depuis ma chambre _ est très clairement celui auquel j'attache le plus de valeur. Je pourrais recevoir des gens dans cette salle de bains. Je pourrais même y manger. Ah non, ça, je le fais déjà, quand je prends un bain. Cette salle de bains, c'est une sorte de boudoir sanitaire, de luxueux refuge et la preuve éclatante que des filles comme moi peuvent décrocher la timbale et obtenir de la vie beaucoup plus que ce qui était convenu au départ. C'est bien simple, quand on me demande ce que je fais dans la vie, je regrette de ne pas pouvoir répondre : <<Peu importe, on s'en fout, mais j'ai deux salles de bains, alors quoi que je fasse de mes journées, je mérite ton respect.>>"

Pourtant tout va dérailler, lors d'un déjeuner. Un de plus avec son meilleur ami, tout ça à cause d'un morceau de chair entre aperçus, et une matinée éprouvante. C'est une vraie introspection que nous offre Sacha Gellman, Claire sait qu'elle s'apprête à faire une connerie " Cela nous suffit : il ne nous faut que quelques précieuses petites minutes pour bannir d'un accord tacite tout ce qui pourrait nous distraire de l'innommable connerie que nous nous apprêtons à faire." La tentation sera la plus forte !

L’inaction et l'abondance de description, qui m'ont parfois complètements perdus, additionnés à un manque de surprise des événements finaux, que l'on sent arrivés, finissent par donner un manque d'intérêt. Dommage que la chute de la fin ce sente depuis un bon dernier tiers. Cela aurait pu donner envie de lire la suite, avec plus d'impatience, puisqu'il s'agit ici du premier tome d'une trilogie.

Il y a cependant un très grand point positif. Les scènes de sexes, elles arrivent certes régulièrement, mais jamais de façon importun. Elles s'intègrent parfaitement, elles font un tout, sur la quatrième, il est mentionné que le ton est cru. J'ai envie de dire, pas tant que ça, car une fois de plus s'est amené parfaitement.

En un mot, une lecture sans surprise. Parfois monotone à cause des longueurs dues au surplus d'informations. Avec malgré tout un style plaisant, l'héroïne qui est aussi notre narratrice ne manque pas d'humour. Les scènes de sexe s'intègrent parfaitement, et Claire évolue agréablement au cours du roman. Il s'agit d'un premier tome, dont les bases sont posées.



Pour aller plus loin :


À lire si vous aimez :  les relations complexes

A éviter si vous n'aimez pas : Les longueurs descriptives


Morceaux choisis :

(...) je me demande toujours par quel miracle il parvient à inspirer confiance à ses patients : en face d'un médecin avec une tronche pareille, moi j'aurais tout simplement peur de finir découpée en morceaux sur la table d'examen. Parce que, en dépit de sa belle gueule il faut se rendre à l'évidence : mon mari a une tête de tueur à gages. S'il m'abordait dans la rue sans que je le connaisse pour se faire indiquer son chemin, je refuserais très probablement de lui répondre.

<<Je fais jouir donc j'existe, peu importe mon plaisir.>>

Et nous nous sommes revus. Aussi simplement que ça. Nous avons repris nos conversations amicales, nos fous rires d'avant, nos mails en rafale pour parler de tout et n'importe quoi, et en parallèle, sans que cela parasite notre amitié, nous avons continué à coucher ensemble et c'est comme ça que je suis devenue une salope.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire