Mes derniers Avis lectures


Attention tout les livres jeunesse à partir de Matilda, vous renvois sur mon blog spécial jeunesse, afin que vous puissiez y lire mon avis.

20.4.15

Au bois Dormant






Auteur :  christine Féret-Fleury



Genre policier 


Edition :  Black Moon


Année d'édition :  juin 2014


Pages : 346





Synopsis :


On l'appelle le Rouet. En référence au « rouet » sur la pointe duquel la Belle au Bois Dormant se pique le doigt dans le conte de Perrault. Car le Rouet est un tueur en série, un criminel qui traque ses victimes dès leur naissance, promettant à leurs parents qu'il leur dérobera la vie le jour de leur seizième anniversaire. 

Ariane aura seize ans dans quelques mois. Elle décide de s'enfuir plutôt que d'attendre cette mort annoncée. En chemin, elle rencontre Lara, une jeune fille qui lui ressemble comme une sœur. Mais un terrible accident emporte Lara. Elle aurait eu ses seize ans quelques jours plus tard. Dans la précipitation des événements, on confond Ariane et Lara. Et si changer d'identité était la solution pour échapper au tueur ? Ariane décide de se faire passer pour la défunte et continue sa fuite. Mais le tueur est bien plus proche qu'elle ne le croit...



Mon avis :


Voilà un livre que j'ai découvert tout à fait par hasard, et devinez ce qui m'a attiré en premier ? Bingo... La couverture bien sûr. Je vous rassure le synopsis à fini de me convaincre.

Et bon sang, je ne regrette pas une seconde cette lecture, sauf peut-être sur la fin, mais je ne suis pas sûre qu'il s'agisse d'un défaut du livre, je ne l'ai pas fini dans les meilleures conditions non plus, donc.
Toutefois est-il que ce roman, vous fait froid dans le dos.

Ne vous attendez pas à une réelle réécriture de conte, car si l'auteure s'est quelque peu inspirée de l'histoire de la belle au bois dormant pour, créer son personnage "le Rouet", nous sommes très loin de l'histoire d'origine.

Un tueur en série, traque les jeunes filles de 16 ans, les exécutants, la nuit de leur 16e anniversaire. Lara et Ariane, sont les prochaines victimes, toute deux, refusent cet avenir sombre. Alors elles décident de fuir. Et par une étrange coïncidence, elles se rencontreront, juste avant d'être les victimes d'un terrible accident, où Lara y laissera la vie. Dans la confusion, et au vu de leur ressemblance, Ariane est prise pour Lara, elle pense ainsi pouvoir échapper au Rouet. Mais on n'échappe pas si facilement à ce dernier. Plus malin, et perfide que le pense la jeune fille, il rit de sa tentative de supercherie.

Lecteurs, tremblez, car le Rouet sait tout, surveille tout ! L'originalité de ce livre, l'écriture à trois voix. On suit tantôt Ariane, Tantôt Jude, et enfin le Rouet, fait de petites apparitions, mais à chaque fois pour nous montrer, qu'il sait tout, qu'il surveille tout. Rien ne lui échappe.

J'ai vu au fil de ma lecture mes suspicions sur tel, ou tel personnage, s'envoler. J'étais loin du dénouement final, et comme je le disais plus haut, j'ai eu un sentiment, de brouillon à ce moment-là, mais j'avais également un manque de concentration, donc, ça peut jouer.

Cette jeune Ariane qui est prête à tout pour sauver sa peau, et celles de ses parents, est bien attachante, ainsi que le jeune inspecteur Jude. Les personnages secondaires bien que moins présents pour certains sont assez attachant, comme Clara.
L'auteure aime, à brouiller les pistes, en donnant de petits indices insidieux. Et à passer d'un personnage à l'autre en plein suspens, jouant ainsi, un peu plus avec nos nerfs.

En un mot, un roman qui commence avec une préface qui donne le ton, tout en mettant en appétit. Un serial killer, qui connaît ses victimes, qui prend le temps de les étudier dans les moindres gestes. Une intrigue, relancée régulièrement, bref une lecture addictive, qui fut une très belle découverte, peut-être aurait-t-il été un coup de cœur, sans le ressentit de la fin.


Pour aller plus loin :


À lire si vous aimez : les intrigues relancées régulièrement, les psychopathes fous, les rééditions de contes qui font froid dans le dos.


À évitez si vous n'aimez pas :  les fins un peu tirée par les cheveux


Morceaux choisis :

Ariane avait pleuré ses chaussons de danse et ses jouets préférés, boudé ceux qu'on lui offrait de peur de les aimer trop vite, détesté chaque nouvelle maison avant de s'y creuser une place, comme un chiot abandonné dans la paille d'une grange.
_ On y va.

Combien de fois avait-elle entendu ces mots ? Combien de fois avait-elle vu ses parents verrouiller une porte d'entrée, descendre les bagages dans un garage, charger la voiture, sans desserrer les lèvres ? Combien de fois avait-elle dû s'étendre sur la banquette arrière, un plaid jeté sur elle ? Le moteur grondait ; elle entendait encore le bruits de son quartier, la voix aiguë d'une voisine, un air de jazz ou une chanson, le bruit d'un sécateur, ils s'éloignaient déjà, roulaient, roulaient, parfois des heures, parfois pas plus de vingt minutes. Puis il entraient dans un autre garage, c'était parfois un vaste hangar qui paraissait désaffecté, où les attendait une autre familiale, les clés sur le tableau de bord. L'intérieur, impeccable, sentait le neuf.
<< Ton nouveau carrosse, princesse>>, disait son père.

C'était une soirée paisible - ennuyeuse, aurait rectifié Ariane si on l'avait interrogée. Elle souhaitait alors qu'un séisme vienne balayer les habitudes pétrifiantes de son quotidien, et elle avait été exaucée au-delà de ses attentes.

<< Qu'elle ne me lâche pas. Surtout, qu'elle ne me lâche pas. Je suis une statue de glace. Je suis une fille de verre. Si elle me lâche, je vais tomber et me briser en mille morceaux. Chacun de ces morceaux capturera un étincelle, brillera une fraction de seconde, puis ce sera fini. J'aurai cessé d'exister. Qu'elle ne me lâche pas.>>



1 commentaire:

  1. Malgré la fin qui t'a un peu déçu, tu me donnes envie de le découvrir. Je note :)

    RépondreSupprimer