Mes derniers Avis lectures




25.4.15

Angélique tome 1



Auteur :  Dara & Olivier Milhaud


Genre Manga Aventure historique


Edition :  Casterman


Année d'édition :   8 avril 2015


Pages : 184




Synopsis :


1646. Le château du baron de Sancé est menacé de ruine. Angélique, sa seconde fille, mène une existence à demi sauvage dans les bois et marais du Poitou. L'enfance heureuse d'une petite fée, malgré la misère qui guette, les brigands, la Fronde et ses troubles... Quand son père la fait sortir du couvent de Poitiers, Angélique découvre qu'elle est promise au richissime et inquiétant comte de Peyrac, que l'on dit boiteux et balafré. Pour sauver sa famille de la misère, quel autre choix lui reste-t-il ? Et si le complot ourdi contre le roi, dont elle a été témoin, avait déjà scellé son destin ?

En plein XVII une enfant part à la conquête des libertés  qui feront d'elle une femme.




Mon avis :


Ce n'est plus un secret, je suis une collectionneuse dans l'âme, surtout quand j'aime.

Je n'ai jamais vu, la version cinématographique d'Angélique, en revanche à, un, près, j'ai tout les tomes de la version d'origine de l'œuvre d'Anne et Serge Golon (et oui, à l'époque, elle signait avec son mari, qui, lui, faisait la partie recherche, si je me souviens bien.)
Je m'étais promis de lire la nouvelle réédition, surtout qu'Anne y a apporté des modifications, mais finalement, je me replonge dans cette fantastique saga par l'intermédiaire de la BD (manga).

On y fait la connaissance d'une Angélique enfant, on est en l'année 1646, c'est le début de la fronde. Le conte et la comtesse de Sancé sont à la limite de la ruine. Angélique est un garçon manqué, à la beauté déjà bien prononcée.
Honnêtement, j'ai beaucoup apprécié se forma manga, avec une adaptation de style Bande Dessinée. Le fait d'avoir une lecture de gauche à droite. Les planches sont en noir et blanc comme dans un manga traditionnel.
Les dessins sont magnifiques, les expressions, vraiment bien travaillées, c'est un pur bonheur à suivre. Un petit plus, en fin de partie, se trouve un livret relatant les principaux faits historiques abordés dans ce premier tome.
Je reconnais que Mélusine, lorsque je l'avais croisé dans les romans, je ne l'avais pas tout à fait imaginée comme ça, mais elle représente assez bien les sorcières types de la région, rencontrée dans les légendes du Centre et du Poitou. Autre point positif, le fait que les auteurs abordes directement l'enfance d'Angélique et le contrat entre Molines et le père d'Angélique, n'oublions pas que ce contrat sera à l'origine plus tard, du mariage d'Angélique au comte de Peyrac.
Pour une bande dessinée, s'adressant à tout public, je trouve le choix judicieux de commencer par l'enfance d'Angélique, cela évite les rétrospectives, comme dans le roman, si dans ces derniers les flachs backs ne sont pas gênant, j'avoue qu'en BandeDessinée ou manga, ce n'est pas ma tasse de thé. Et en croisant Angélique enfant, les plus jeunes pourront plus facilement s'identifier à elle.

Ce qu'en pense Anne Golon : << 'ai été convaincue par la sensibilité et la poésie du dessin - c'est rare en bande dessinée de voir représenter les femmes avec justesse, et les enfants _ et par ce sens cinématographique du découpage, des images et du texte, avec des temps de contemplation. C'est une œuvre d'art. Et je suis vraiment heureuse du respect du scénariste envers mon livre (...) J'espère voir beaucoup de suites à cette nouvelle aventure d'Angélique. >>

Tout est dit ! Moi aussi, je suis contente que l'histoire d'origine est été aussi bien respectée, car j'avoue que c'était l'une de mes craintes. Je suis totalement convaincue par cette version d'Angélique et j'espère avoir l'histoire en entier, et donc encore beaucoup, beaucoup de tomes à venir.

En image :


Couverture : Angélique Couverture : Angélique



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire