Mes derniers Avis lectures




6.2.15

La Corde au cou


Auteur :  Lily Dufresne


Genre Nouvelle


Edition :  Format Kindle


Année d'édition :   janvier 2015


Pages : 51 sur ma liseuse





Synopsis :


À quelques jours de son mariage, Agathe doit faire face à l'hostilité grandissante de son entourage et à l'inquiétant silence de son futur mari...



Mon avis :


Avant je n'aimais pas les nouvelles, mais ça s'était avant comme dirait la pub. Car maintenant, la lectrice accomplie que je suis devenue, préfère largement une bonne nouvelle de qualité, qu'un mauvais livre, avec plein de mots sans cohérence.

Des nouvelles de qualités, c'est ce que nous offre à chaque fois Lily Dufresne. Alors oui bien sûr la fin est abrupte, logique puisqu'il s'agit d'une nouvelle, mais pas bâclée.

Agathe notre héroïne et future mariée, enfin logiquement, est en plein préparatif de ce futur grand événement, l'occasion rêvée de revenir sur les prémices de ce couple en devenir, comment elle a rencontré son fiancé, ses relations avec ses beaux-parents... Etc, etc.

Mais l'auteure sait inclure des petits parasites, qui titillent le lecteur, qui font monter en soupape le côté angoissant, on sent que ce mariage va capoter, oui, mais pourquoi ? Comment ? À cause de qui ?
Lors de mes études, une de mes profs de littérature nous rabâchait sans cesse, "La règle des trois, C, les enfants, n'oubliez pas la règle des trois C". (on a dû avoir la même avec Lily Dufresne ) Les textes de cette auteure touche-à-tout, littérairement parlants, n'oublient jamais la règle des trois C, c'est court, clair et concis. En quelques pages, l'auteure sait faire passer un tas d'émotion, nous faire entrer dans des univers complètement différents.

Que ce soit avec des nouvelles érotiques, historiques, ou comme ici, avec un côté plus sombre, plus thriller, la plume de l'auteure, nous entraîne, c'est une fois de plus une nouvelle très agréable, même si je me doutais de l'identité de la personne qui ferait capoter ce mariage.


Morceaux choisis :

Agathe se tenait droite, à côté de son fiancé, le
visage un peu incliné, comme si elle se sentait fautive,
comme si elle demandait d'avance pardon. Elle était si
intimidée ! La mère de Maxime était assise dans une
bergère. Ses cheveux relevés dans une coiffure
complexe, ses bijoux, son maquillage... Madame Aubert
était l'image même de la perfection, avait pensé Agathe.
Comme sa future belle-mère devait la trouver fade avec
sa fine chaîne en or qu'elle ne quittait jamais et son teint

pâle ! Monsieur Aubert se tenait derrière son épouse, une
main posée sur le dossier du fauteuil. PDG d'une société
de services informatiques, il était, en prenant cette pose,
l'image même de l'assurance. Un homme sûr de son
pouvoir sur les êtres et les choses. Agathe, le regard
fuyant, tortillait la bague que Maxime lui avait offerte la
veille, une améthyste sertie aux reflets diaphanes.

Ses futurs beaux-parents s'étaient contrôlés, bien sûr.
Ils n'avaient pas manifesté leur opposition. Contraints de
faire bonne figure, ils avaient même esquissé un sourire.
Mais Agathe avait senti, un court instant, une haine
sourde passer dans leurs yeux.


Renoncer à la valse alors que toute petite, Agathe avait
tant rêvé devant la scène du film où Romy Schneider,
dans une auberge où elle passait la nuit, apprenait les
pas de cette nouvelle danse ? Elle ne se laisserait pas
faire ! Ce serait Strauss ou elle ne danserait pas !
Maxime jugea son attitude puérile et cela les mit en froid
une partie de la journée.


— Il ne faut pas remuer le passé, surtout quand il est
fait de fanges, répondit-il.



4 commentaires:

  1. Merci pour cet avis, je suis flattée et très heureuse que ce texte vous ait plu !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci à vous d'avoir pris le temps de lire mon avis. Oui j'ai beaucoup aimé, même si j'avais deviné une partie de la fin ;)

      Supprimer
  2. Je ne connaissais pas cette nouvelle de Lily Dufresne , je vais regarder de plus près.

    RépondreSupprimer
  3. Je ne connais pas mais comme j'aime bien les nouvelles je note .

    RépondreSupprimer