Mes derniers Avis lectures


Attention tout les livres jeunesse à partir de Matilda, vous renvois sur mon blog spécial jeunesse, afin que vous puissiez y lire mon avis.

12.1.15

Unreap My Heart (Ne fauche pas mon cœur)



Auteurs :  Kate Evangelista

Genre  Jeunesse Romance


Edition : Omnific Publishing


Année d'édition :  2013



Pages : 226 pages 




Synopsis :



Only a villain can save the day.

During his thousand year banishment in the Nethers, Balthazar thought of nothing but taking over the Crossroads from Death.

On the day he puts his plans into action, Balthazar finds the Crossroads on lockdown. Death has been stabbed by Brianne’s Bitterness, a blade that slowly leaches him of his powers. In order to challenge Death for his seat and prevent utter chaos, Balthazar is forced into a mission to find the Redeemer, the only being capable of pulling out the blade from Death’s chest. The only person who can identify the Redeemer is a human girl in the Crossroads whose soul is still attached to her body.

Meeting Arianne Wilson pushes Balthazar’s patience to the limit. In a deal he makes with Death, he must protect Arianne during their journey through the Underverse using all the resources available to him. He soon realizes the one he needs to protect is himself. For as much harm as it inflicts on Balthazar's body, trekking through the Underverse with Arianne is proving more dangerous for his heart and soul.

Can the villain remain a villain when love gets in the way?

(Seul un méchant peut sauver la situation. Pendant son exil de mille ans dans le Néants, Balthazar ne pensait qu'à la prise en charge de la croiser des chemins de la mort. Le jour où il met ses plans en action, Balthazar trouve la croisée des chemins sur le "verrouillage" . La mort a été poignardée par Brianne l'amertume, une lame qui l'infiltre lentement de ses pouvoirs. Afin de contester la mort de son siège et éviter le chaos total, Balthazar est forcé de retrouver le Rédempteur, le seul être capable de tirer sur la lame de la poitrine de la Mort. La seule personne qui peut identifier le Rédempteur est une fille humaine dans le Carrefour dont l'âme est encore attachée à son corps. Arianne Wilson pousse la patience de Balthazar à la limite. Dans un accord qu'il fait avec la mort , il doit protéger Arianne au cours de leur voyage à travers le Underverse utilisant toutes les ressources à sa disposition . Il se rend vite compte qu'il doit avant tout se protéger lui-même. Car la course à travers l'Underverse avec Arianne s'avère plus dangereuse pour son cœur qu'à son âme . Le méchant peut-il rester un méchant quand l'amour est en jeu ?)





Mon avis :





Ce livre est le second tome de la saga "The Reaper series" de Kate Evangelista. Je l'ai classé dans les trois challenges ABC, car il s'agit d'une version originale, donc sa lecture m'a demandé plus de temps.




Je trouve la couverture beaucoup moins attirante, et intrigante que celle du premier tome.





Arianne n'en a pas fini avec la Mort et de l'Underverse. La mort à besoin d'elle, car elle a été poignardée, et seule Arianne est en mesure de reconnaître le Rédempteur, puisqu'elle est une âme encore attachée à son corps. Par amour pour Niko, qui gît dans un cercueil, et dont les jours sont comptés, Arianne passe un pacte avec la mort, afin de sauver celui qu'elle aime, et annuler le premier pacte si elle arrive au bout de sa quête.

Seulement voilà, pour ce faire Arianne aura besoin, de l'aide, et de la protection de Balthazar. Un bad boy de première. Il a bien l'intention de mener la vie dure à cette fillette qu'on lui impose ! Lui, il n'est là que pour défier la mort et lui prendre son pouvoir, afin de régner en maître sur le carrefour ! Oui, mais voilà, tout ne se déroule pas exactement comme le pensait Balthazar et Arianne.


  


Si dans le premier tome, je trouvais la plume de Kate Evangelista, plaisante, tout en lui reprochant, comme souvent, lors d'un roman jeunesse, une facilité, un brin énervante, là, il n'en est rien. Le texte est merveilleusement travaillé, toujours aussi agréable à suivre. Balthazar et Arianne, nous entraînent dans leur quête. L'auteure nous livre un univers étonnant. Avec une palette de personnage et de lieu, vraiment bien travaillés côté description.

Le ton, est peut-être un peu moins, poétique, mais la présence d'humour, pimente le tout, pour notre plus grand, plaisir.

Autant, le couple Niko et Arianne, nous font rêver, autant avec le tandem, Arianne Balthazar, on a un ressentit de complémentarité. Niko n'est qu'omniprésent, dans le texte, et je dois reconnaître pour ma plus grande honte, que le tome 1, à fait ressortir mon côté midinette, car avec cet opus, je trouve plein de défauts, à la première partie qui m'avait pourtant charmée. Oui, c'est ça, j'étais sous le charme, comme envoûtée, tout, comme l'étais Arianne, et tout comme nous, elle commence à se poser de plus en plus de questions, sur Niko et l'amour qu'elle ressent pour lui.

Arianne est passée de la jeune fille "trop gentille", à une adolescente, forte, maligne, entêtée, qui fait preuve de plus de lucidité que dans la première partie. Plus mûre, elle est beaucoup moins pénible, on s'attache plus facilement à elle.
Balthazar, est, et veut être un mauvais garçon, c'est le méchant de service, il aime faire peur. Mais il a au fond de lui beaucoup de plaies non cicatrisées, et on sent, qu'il se donne beaucoup de mal, pour cacher un cœur beaucoup plus gros que ce qu'il veut bien montrer. On devrait le détester, pourtant, on s'attache irrévocablement à lui. J'adore son humour, souvent acerbe.



En conclusion :


J'avais peur de lire ce second volet, j'avais tant aimé le premier tome, que je craignais que celui-ci soit en deçà. Et bien, c'est tout l'inverse qui s'est produit, celui-ci est bien meilleur que son prédécesseur, mieux travaillé, il répond en partit aux nombreuses questions que soulevait le premier tome. Malheureusement, il en soulève également de nombreuses autres, d'autant plus que la fin nous laisse en plan, en plein suspens. Le tandem Arianne Balthazar, est plus convaincant encore que le couple Niko Arianne.
Bref, un vrai coup de cœur, qui aurait été encore plus fort, si la fin n'était pas si abrupte.


Morceaux choisis :

Il ne pouvait pas effacer le sourire sur son visage, peu importe comment il essayait. Aujourd'hui, il deviendrait tout puissant. Sourire ne ferait pas mal. Bien sûr, cela le faisait ressembler à un psychopathe fou - et peut-être qu'il l'était devenu à bien des égards-, mais il s'en fichait. Il se réservait le droit d'être le méchant dans cette histoire.


_ Un petit avertissement aurait été agréable, Balthazar grognait.
_ Tu es un vrai connard, parfois. Non raye ça. Tu es un connard tout le temps.


Le menacer ne semblait pas être une bonne idée, mais elle devait montrer qui était le patron. Ses mains tremblaient tellement, ainsi que la lame. Le bois dans le feu se fendilla, les surprenant tous les deux. l'Ogre étendit sa main et Arianne trébucha en arrière. Quand elle atterrit sur ses fesses, elle cria. L'Ogre cria aussi. Puis il devint la plus grosse boule tremblante qu'elle n'avait jamais vue. La mâchoire d'Arianne chuta. Il couvrit son visage de ses énormes mains et pleura. 


Manquer de temps semblait être le leitmotiv de ce voyage. Les événements ne pouvaient pas juste ralentir un peu ? Lui donner une seconde pour réfléchir et mettre les choses ensemble ?

_ Je comprends, ma mère me détestait. Au moins, elle a eu la décence de ne pas coucher avec une honte comme toi.
Les narines de Zakariel s'évasaient.
_ Si ce n'était pas une insulte envers ta mère, je te traiterais de fils de pute.
_ Ah, mais tu viens de le faire.




1 commentaire:

  1. Je ne connaissais pas. Si j'ai l'occasion de le découvrir, je ne me priverai pas!

    RépondreSupprimer