Mes derniers Avis lectures


Attention tout les livres jeunesse à partir de Matilda, vous renvois sur mon blog spécial jeunesse, afin que vous puissiez y lire mon avis.

1.1.15

Soeur Gabrielle




Auteurs :  Isabelle Boucheron


Genre  Nouvelle érotique


Edition :  Dominique Leroy


Année d'édition :   décembre 2014


Pages : 38 sur ma liseuse



Synopsis :


Sœur Gabrielle relate le destin extraordinaire d'une orpheline, au XVIIe siècle, qui quitte la campagne, devient prostituée, puis religieuse. Mais peut-on oublier ce que l'on a été  ?




Mon avis :




Avant toute chose, je tiens à remercier les éditions Dominique Leroy et leur représentante Chocolatcannelle, pour leur confiance.

J'ai découvert cette auteure il y a quelque mois avec sa nouvelle "Mon Cher Balmy", nouvelle que j'avais beaucoup apprécié, j'étais donc curieuse, de lire un style différent d'Isabelle Boucheron.





J'aime beaucoup cette couverture, un brin coquine.




L'enfance de notre héroïne n'a pas été tous les jours, roses. Orpheline de mère, rejetée par son père qui lui reproche le décès de sa mère, puisque ce dernier est survenu, peu de temps après sa naissance.
Méprisée par sa tante, à qui, elle a été confiée. Aussi, le jour, où, l'opportunité ce présente à elle, de quitter sa campagne, pour la capitale, c'est à peine si elle prend le temps de réfléchir avant d'accepter.
Elle qui croyait mener enfin la belle vie, elle finit prostituée ! Mais le destin s'acharne sur elle, et elle est bientôt condamnée, mais la providence semble lui sourire, enfin, car elle sortira indemne de cette ultime épreuve, vue, et acceptée, telle qu'elle est, sera-t-elle prête à tout oublier de son passé ?





Cette nouvelle, d'Isabelle Boucheron, à le côté historique en commun avec la première, nouvelle lu, de cette auteure. Puisque Sœur Gabrielle, se déroule au XVII e siècle. J'aime beaucoup ce mélange des genres.
La plume de l'auteure est toujours aussi agréable à suivre, même si, dans ce texte, elle s'est d'avantage centré sur la partie érotique.
Pour l'anecdote, j'ai lu cette nouvelle dans la salle d'attente de l'ophtalmo, au coude-à-coude avec, une autre patiente, comme la nouvelle "Mon cher Balmy", était plutôt soft, je me suis lancée croyant qu'il en serait de même. Lorsque j'ai raconté la scène à mes hommes, (mon fils et mon mari) j'ai fait un très vilain jeu de mots, mais je ne résiste pas à l'envie de vous le faire aussi, (eh oui, je suis comme ça, j'aime l'humour noir, et les jeux de mots foireux.) si dans "Mon cher Balmy", Isabelle Boucheron, ne fait qu'effleurer le côté sexuel, dans cette nouvelle, elle le pénètre. (oui, je sais, c'est douteux comme jeu de mots).



L'héroïne est une femme courageuse, dont la vie n'a pas été épargnée. Son intelligence et sa capacité à s'adapter, lui permettront de venir à bout de nombreux obstacles.


En conclusion :


C'est l'histoire d'une libertine attachante que nous conte Isabelle Boucheron, avec une plume toujours aussi agréable, et soignée, bien que plus centrer sur l'érotisme à proprement parler. De nombreux rebondissements donnent du rythme à ce texte.


Morceaux choisis :

Puisque ma tante m'avait accueillie sous son toit et par conséquent sur son sol, m'avait-elle aménagé, en faisant un  effort, une place entre une brouette, une hotte, des bassines en cuivre et des pots de terre afin que je puisse y dormir sur un linge de toile garni de paille et de feuilles mortes qui picotait le corps et grouillait de vermine à l'approche des chaleurs.

Je n'avais plus de famille, pas de fortune, pas de dot, aucune instruction et encore moins de religion, ma tante n'ayant pas réussi à me convertir au christianisme. Avec tous ces manques, il n'y avait aucune probabilité qu'un homme voulût m'épouser et aucune que j'eusse quoi que ce soit à regretter. Aussi je suivis Lafleur, prête à tout pour lui, et je partis à l'arrière d'une charrette mêlée à quelques autres demoiselles, dans l'aveuglement de l'instant présent soit empreinte de crédulité et de confiance, en route pour où il désirait m'emmener, en route pour Paris.

Nous geignîmes, pestâmes, râlâmes. Quelle exhibition, avais-je pensé, pour une première fois !

Durant cinq années, j'appris à déployer mes appas et devins rapidement une << Exploitation>> rentable à la grande satisfaction de Louison qui se félicitait des résultats de sa petite trouvaille.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire