Mes derniers Avis lectures




5.1.15

Macabres Cambrures



Auteurs :  JIP


Genre  Nouvelles érotiques


Edition :  Dominique Leroy


Année d'édition :   novembre 2014


Pages : 60 sur ma liseuse




Synopsis :


Macabres Cambrures lie Éros et Thanatos. Cléo et Jean, personnages récurrents de ces nouvelles, sont prisonniers de situations troubles et mortifères. 

« Jean était seul. Il eut peur, et partit en courant dans la chaleur de la nuit d’été dans un champ de luzerne baigné de lune. Il n’osait pas se retourner, par crainte de ne plus voir la grange. Ou pire, d’apercevoir son amante. »

Marionnettes sortant de scène lors d'un spectacle dont l'érotisme n'a que le drame comme issue, ils se relèvent pourtant à chaque lever de rideau, pour rejouer leur destin dans de nouveaux costumes, sans avoir appris des saynètes précédentes...





Mon avis :





Avant toute chose, je tiens à remercier les éditions Dominique Leroy et leur représentante Chocolatcannelle, pour leur confiance.


Lors de cette proposition de partenariat, j'ai trouvé intéressant, le mélange des genres. 



Je trouve cette couverture, marrante, et un brin provocante.





JIP nous offre ici un recueil de nouvelles érotiques assez novatrices. Les personnages sont récurrents à toutes les nouvelles, mais ces dernières, comme toutes les nouvelles, peuvent être lues individuellement.
Enfin le terme personnage, n'est peut-être pas adapté, il s'agit plutôt de prénom, Jean et Cloé, car si, les prénoms, ne changent pas, leur représentant, eux, si. Ils prennent différentes identités.
Les termes abordés sont les incompatibilités sexuelles, les fantasmes érotiques du Cyberespace, les rêves érotiques...
L'auteur s'est amusé à mettre en scène Jean et Cloé dans des univers, parfois angoissants, flirtant avec le fantastique.





Dans nombres de situations, Jean semble être le personnage du rêveur, et Cloé celui du dominant. 



En conclusion :


Un recueil qui peut surprendre par son atmosphère, oppressante, et difficilement explicable... Et, classable. Nos héros sont plongés dans diverses réalités, avec parfois, un petit grain surnaturel qui pimente le tout, mais qui peux déstabiliser, le lecteur.  


Morceaux choisis :


Pourtant, elle l'aimait. Il le savait, en était persuadé, s'en convainquait. A chaque petit communiqué émouvant de sa belle _ 5@7 a envie de toi ! Rejoins-la, ce soir à 19 heures, temps universel, pour qu'elle te fasse des érotiqueries que tu apprécieras. Liaison satellitaire surtaxée _ , son cœur battait la chamade. Un message d'elle, pour lui. Il courait cajoler l'écran, se caresser en la voyant en câliner d'autres, des ersatz de lui.

Cela confirmait dans un certain sens la notion intuitive que j'en avais, adolescent, quand j'observais les insectes à l'existence si éphémère, en regard de la mienne. Le temps est différent pour chacun, le temps est tributaire de l'espace que nous voulons bien lui donner. Le temps, c'est nous.


2 commentaires:

  1. Merci d'avoir lu ces Macabres Cambrures, Mickaéline ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à vous également, d'avoir pris un peu de temps pour lire mon article, et de me laisser une trace de votre passage. ^^

      Supprimer