Mes dernières chroniques




dimanche 25 janvier 2015

Conversation avec Dieu tome 1 : Un temps pour Soi



Auteur :  Neale Donald Walsch


Genre Contemporain, spiritualité


Edition :  AdA


Année d'édition :  13 mars 2003


Pages : 370




Synopsis :



Supposez que vous puissiez faire entrer Dieu dans votre vie de tous les jours.
Supposez que vous puissiez Lui poser des questions sur l'amour et la foi, la vie et la mort, le bien et le mal et qu'Il vous réponde d'une manière tout à fait explicite.
C'est ce que Neale Donald Walsch a fait, et Dieu lui a répondu.
Par ces méditations tirées des pages de " Conversations avec Dieu ", le dialogue se poursuit, chaque jour. Lisez. Répondez. Soyez aux aguets. Ecoutez. Dieu est toujours présent. Toujours et partout.



Mon avis :


Imaginez que votre vie soit un tel chaos qu'une nuit n'en pouvant plus, vous décidiez de prendre un bloc de papier, afin d'écrire... D'écrire quoi et à qui ? Comme me le disait ma grand-mère, quand ça ne va pas, ne t'adresse pas à ses saints, adresse toi, directement à Dieu. (bon d'accord lorsqu'elle me sortait ça, elle ne faisait pas référence à la religion).

C'est ce que Neal Donald Walsch a fait, une nuit, ( car je ne sais pas si vous avez remarqué ce curieux phénomène, mais les soucis, ont généralement le chics de se rappeler à notre bon souvenir, en pleine nuit, généralement vers 3h du matin.)

Imaginez que toute votre rancœur, se couche petit à petit sur le papier, et que soudain, votre bras, soit doté d'une vie propre, et qu'il se mette à écrire, sans que votre cerveau ne lui en donne l'ordre, ni les idées, et que lorsque le phénomène étrange cesse vous découvriez :

" Veux-tu vraiment une réponse à toutes ces questions, ou es-tu seulement en train de te défouler ?"


Et voilà ! Avec cette simple phrase Neal Donald Walsch a su retenir toute mon attention. J'ai été totalement captivée par ce livre.
Au risque que certain me reproche de blasphémer, je reconnais que j'aime bien la vision du Dieu de l'auteur. Imaginez, un Dieu, non-vengeur, qui en plus a le sens de l'humour ! Un Dieu avec lequel on se sent pote.

Dans ce livre de nombreux thèmes sont abordés nous donnant à réfléchir. L'auteur nous propose une vision de la vie, forte, que l'on y adhère ou non, elle ne peut nous laisser indifférent.

Je m'attendais à un texte pompeux, il n'en est rien. L'écriture est fluide, et agréable.
Bien sûre, avec un tel titre, on se pose forcément des questions, sur la cohérence de la scène.

Pourquoi Dieu parlerait à Neal Donald Walsch et pas aux autres, et, si la réponse était " Ce n'est pas à qui parle Dieu, mais qui écoute", autrement dit qui dans notre société actuelle, prend encore le temps de vivre, de se poser et de réfléchir, qui prends du temps pour soi, sans culpabiliser. Qui fait passer son bien-être avant, ce qu'il considère comme ses obligations. Qui ose exercer un travail, ou une simple activité, qui le rend heureux, sans culpabilité, si ce qu'il en retire financièrement semble dérisoire. Et à l'inverse si ce qu'il perçoit comme salaire semble une insulte à la misère mondiale.

En un mot qui prend le temps de vivre, et de savourer ce qu'il a, au lieu de se focaliser sur ce qu'il n'a pas !

Ce n'est pas facile de chroniquer un tel ouvrage, l'écriture de ce livre a fondamentalement changé la vie, de l'auteur. Je suis certaine qu'elle change également celle de ses lecteurs.
En un mot, un gros coup de cœur pour ce livre.


Morceaux choisis :

Mais ceux qui m'ont tout enseigné à propos du bien et du mal, des choses à faire et à ne pas faire, des obligations et des interdits, m'ont dit que toutes ces règles avaient été établies par Toi- par Dieu.

         Alors, ceux qui t'ont enseigné cela avaient tort. Je n'ai jamais établi de "bien" ni de "mal", de choses "à faire" ou "à ne pas faire". Ce serait t'enlever complètement ton plus grand cadeau : l'occasion de faire ce qui te plaît et d'en éprouver les résultats (...) Te dire qu'une chose (une pensée, une parole, une action est "mauvaise", ce serait, ni plus ni moins, te l'interdire. Te l'interdire, ce serait te restreindre. Te restreindre, ce serait te refuser la réalité de Qui Tu Es Vraiment, de même que l'occasion pour toi de créer et de faire l'expérience de cette vérité. 
Il y en a qui disent que je t'ai donné le libre arbitre, mais ces même personnes prétendent que si tu ne M'obéis pas, Je t'enverrai en enfer. Quel genre de libre arbitre est-ce là ? Est-ce que ça n'est pas une façon de tourner Dieu en dérision, ainsi que toute forme de relation véritable entre nous ?



___________



C'est ici que tes semblables vont interférer, car c'est ici que tu commenceras à leur paraître menaçant. Car ta vérité simple, vécue simplement, offrira plus de beauté, plus de réconfort, plus de paix, plus de joie et plus d'amour de soi et des autres que tout ce que ne pourraient concevoir tes semblables terriens.
Et l'adoption de cette vérité signifierait la fin de leurs façon de faire. Cela voudrait dire la fin de la haine, de la peur, de la bigoterie et de la guerre. La fin de la condamnation et de la tuerie qui se sont poursuivies en Mon nom. La fin de la loi du plus fort. (...) 









1 commentaire:

  1. Merci pour ce partage ! et pour ceux et celles que ça intéresse, Neale Walsch diffuse des pensées chaque jour qui sont traduites sur http://www.conversations-avec-dieu.fr

    RépondreSupprimer