Mes dernières chroniques




mercredi 31 décembre 2014

L'oiseleur



Auteur :  Max Bentow

Traductrice :  Céline Hostiou

Genre Thriller


Edition :  Denoël


Année d'édition :  2014


Pages : 323




Synopsis :


Seul point commun de ses victimes : une abondante chevelure blonde qui semble rappeler les plumes d’oiseaux dont il couvre leur corps… 

L’inspecteur Nils Trojan traverse une phase difficile. Divorcé, père d’une fille unique, il consulte en secret une fois par semaine la psychologue Jana Michels car il souffre de crises d’angoisse. En tant qu’inspecteur de la brigade criminelle, il ne peut se permettre de montrer le moindre signe de faiblesse. 
Un jour, dans un quartier populaire de Berlin, il trouve le corps d’une jeune femme, violemment assassinée. Elle a le crâne rasé, recouvert de plumes, et un oiseau mort a été placé à l’intérieur de la plaie mortelle. Avant que Trojan n’ait le temps de comprendre ce qui s’est passé, l’Oiseleur frappe à nouveau, laissant la même signature macabre. L’inspecteur comprend très vite que l’Oiseleur est attiré par les femmes jeunes, blondes, à l’épaisse et ondoyante chevelure… Exactement le portrait de Jana. Dès lors, un duel à mort s’engage entre Nils Trojan et le dangereux psychopathe.



Mon avis :





Ce livre m'a été offert en partenariat avec les éditions Denoël  alors avant toute chose, je tiens à les remercier, ainsi, que leur représentante Célia Giglio, pour leur confiance.


Je l'ai choisi dans la liste, car le synopsis m'avait attiré. Le thriller est l'une de mes catégories préférées. 



Comme je regrette de ne pas pouvoir mieux vous faire découvrir cette magnifique couverture. Le gris sur la photo, ressort tout mâte, alors qu'en réalité, il est brillant, presque métallisé. Ce qui donne un joli contraste avec le noir, de la patte de l'oiseau.




Nils Trojan est inspecteur de police. S'il aime, ce qu'il fait, il a, pour des raisons personnelles, et professionnelles, de nombreux cauchemars, ces derniers lui gâchent tellement la vie, qu'il a décidé de s'en remettre à une thérapeute, et puis, avouons le, cette dernière ne le laisse pas du tout indifférent.
Ces cauchemars semblent le prévenir, d'une tragédie, il en comprendra le sens, lorsqu'un étrange sérial killer, sème la psychose, en assassinant sauvagement les jeunes femmes, à la chevelure blonde et épaisse. Tout semble à laisser penser qu'il s'agit là, de l'unique point commun.
Mais Nils Trojan est certain, qu'une info s'est glissé insidieusement dans une conversation, mais il n'arrive pas à se souvenir, de quoi, il s'agissait. De plus, il réalise que le psychopathe, s'intéresse, à des jeunes femmes, ressemblantes traits pour traits, à Jana Michels, sa psychologue, arrivera-t-il attend, à ce souvenir, de l'indice ? Que représente l'étrange signature du tueur, l'oiseau mort, et déplumé, pour ce dernier ?



  


Addictif, dès les premières lignes, l'auteur nous harponne, j'ai littéralement dévoré ce livre. D'autant plus que l'écriture y est agréable, et fluide. Découpé en chapitres relativement courts, le tout renforçant, la rythmique.
Et pourtant malgré tout cela, il n'a pas été un coup de cœur, ni même  frôlé celui-ci. Je ne sais pas, il me manque un petit quelque chose. J'ai eu, parfois du mal à cerner les personnages, à l'inverse, j'ai adoré suivre l'enquête, et avoir mes propres spéculations, car l'auteur ne nous révèle rien, aucun indice, avant les dernières pages. J'ai également eu un sentiment de longueur dans la dernière partie, et puis, bizarrement, tout c'est accéléré, donnant au premier abord un sentiment de fin, bâclée. Avant que l'on comprenne qu'il ne s'agit en fait que d'un premier tome. Et croyez moi, j'ai vraiment, mais vraiment envie de découvrir la suite de cette saga qui à l'air prometteuse.



Côté personnages, tout est dit dans le synopsis au sujet de Nils Trojan, père d'une jeune adolescente, divorcé et mal dans sa peau. On en sait guerre plus, hormis sa psychologie, face aux événements, et à ses sentiments.
Jana Michels est encore plus difficile à cerner, elle m'a souvent paru froide. Donc peu attachante.

À l'inverse des principaux personnages, la petite Lene, est touchante, je dois reconnaître que l'auteur m'a donné plus d'une fois des sueurs froides, avec cet adorable bout de chou. Il a parfaitement su se mettre à la place de cette fillette, et nous livrer son ressentit, telle qu'à 10 ans, on peut découvrir le monde imparfait des adultes.



En conclusion :


Une lecture prenante, et agréable, à laquelle il manque cependant un petit rien, pour la rendre encore plus captivante, et en faire un coup de cœur ou presque. Un premier tome, concluant qui me donne une réelle envie de connaître la suite.


Morceaux choisis :

Excité, il passa en revue les placards de sa cuisine. Ils devaient bien contenir du cacao ; aucun goûter d'anniversaire ne se tenait sans. Il trouva enfin une boîte qui recelait un reste de poudre marron. Il y plongea le doigt, qu'il lécha. Oui, du chocolat, si suave et alléchant qu'il faillit lui mettre les larmes aux yeux. De loin en loin dans sa vie, il s'accordait cette petite gâterie.

<<Comment tu t'appelles ? l’interrogea-t-elle.
_ Konrad.
_ Un nom bizarre.
_ Tu trouve ?>>
Elle opina du chef.
<< Et toi, comment tu t'appelles ?
_ Lene.
_ Lene. Joli prénom.
_ Mouais, ça peut aller.
_ Tu peux aussi m'appeler Konnie. Qu'est-ce que tu penses de Konnie ?
_ konnie est encore plus bizarre, répondit-elle en grimaçant.


<< J'aime ma mère>>, dit Lene.
Les enfants aimaient leur mère, ça allait de soi. Il en avait été de même pour lui.
<<Et ton père ?>> demanda-t-il.
Elle ne répondit pas.
<<Qu'est-ce qui ne va pas avec ton père ?
_ Je n'ai pas de père. Ma mère dit que j'ai simplement un géniteur.>>
Oui, c'est ainsi pensa-t-il. C'est même exactement ça.
_ Tu connais ton géniteur ?
_ Oui. Il bat ma mère.>>
Lene éclata alors en sanglots. D'abord hésitant, il mit son bras autour de ses épaules.
Elle se dégagea brusquement. <<Arrête, je ne dois pas me faire toucher par des étrangers.>>


_ (...) Je rentre chez moi. Il pleut, mais j'aime ça. Ecoutez un peu.>>
Il tendit le téléphone vers le crépitement. <<Voici la musique de mai.>>
Elle rit. << ça sonne joliment.>> 





2 commentaires:

  1. J'avais beaucoup hésité avec ce livre, il a l'air vraiment sympa :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il l'est, et j'ai vraiment hâte de lire la suite

      Supprimer