Mes derniers Avis lectures


Attention tout les livres jeunesse à partir de Matilda, vous renvois sur mon blog spécial jeunesse, afin que vous puissiez y lire mon avis.

2.12.14

Inferno

    
Auteur :  Dan Brown


Genre  Thriller


Edition :  J C Lattès


Année d'édition :  2013


Pages :  519 sur ma liseuse




Synopsis :


C’est l’une des plus grandioses œuvres de la littérature italienne, L’Enfer de Dante, qui est le fil conducteur de cette nouvelle aventure. En Italie, plongé dans une atmosphère aussi opaque que mystérieuse, le héros de Dan Brown, Robert Langdon, professeur de symbologie à Harvard va devoir affronter un adversaire diabolique sorti des limbes de l’Enfer et déchiffrer l’énigme la plus complexe de sa carrière. Elle le fait plonger dans un monde où l’art et la science de pointe tissent un écheveau qui exige de sa part toute son érudition et son courage pour le démêler. S’inspirant du poème épique de Dante, Langdon se lance dans une course contre la montre pour trouver des réponses et découvrir en traversant les Cercles de l’Enfer ceux qui détiennent la vérité… avant que le monde ne soit irrévocablement changé.



Mon avis :




Ce livre fait partie de ma liste pour le challenge ABC de la littérature 2014.
De plus c'est un cadeau, d'une de mes très chère copinaute, qui me l'a offert, dès qu'elle a su que je voulais le lire.


Franchement, je n'aime pas du tout cette couverture. Elle m'a souvent donné l'impression que le livre serait inabordable et complexe.

 

Robert Langdon, se réveille sur un lit d'hôpital, il apprend par son médecin qu'il se trouve en Italie, alors qu'il se croyait aux Etats-Unis, et qu'en plus, on lui a tiré dessus. Pourquoi ? Il n'en a aucune idée, ni aucun souvenir, tout ce qu'il se rappelle, c'est qu'il traversait la cours de l'université afin de rentrer. Que fait-il en Italie ? Il a à peine le temps de se poser la question, que son agresseur fait irruption.
Aidée de la belle SiennaLangdon s'enfuit, une course incroyable contre la montre s'engage, il lui faudra échapper, à ses ennemis, répondre aux questions que ses cauchemars lui imposent, et sauvées le monde d'une terrible pandémie. Mais avant tout, retrouver la mémoire. Y arrivera-t-il ?


 

Je m'attendais comme je l'ai dit plus haut, à un roman difficile. Si difficulté il y a, c'est celle de lâcher le livre. Et j'ai souvent ragé, car je l'ai lu au mauvais moment. Ma vie familiale m'empêchant de lui accorder tout le temps que j'aurai souhaité.
L'intrigue nous accapare dès le début. Les rebondissements sont nombreux. Le style de Brown, est fluide et addictif.
C'est également un livre qui nous invite au voyage, grâce aux nombreuses descriptions de Dan Brown, on a l'impression de parcourir Florence en compagnie de nos héros.
J'ai adoré le revirement de situation.

C'est un Robert Langdon, en souffrance que l'auteur nous propose dans ce dernier opus. La particularité de son héros est sa mémoire incroyable, alors le doté, ici d'une amnésie partielle, c'est lui jouer un bien vilain tour, malgré cet handicap, il semble résoudre les énigmes avec une facilité déconcertante.

Sienna Brooks, une héroïne complexe, dont l'intelligence n'a rien à envier à Robert Langdon. Personnage clef, je ne peux malheureusement pas trop en dire, sinon que sa plastique, égale son QI de 208.

Les personnages secondaires sont nombreux, et obscurs.


En conclusion :


C'est une lecture addictive. Qui offre de nombreux rebondissements. Dan Brown sait joué avec son lecteur à travers ces personnages, et on s'y laisse prendre.


Morceaux choisis :

ça fait plaisir qu'un QI de 208 puisse parfois se tromper.

_ Avons-nous des écrivains dans la salle, ce soir ?
Près d'un tiers de l'assistance leva la main.
Eh bien... soit j'ai ici le plus lettré des publics, soit l'édition électronique a vraiment fait un bond, se dit Langdon.


La Carte apparut dans la pénombre de leur cachette.
Botticelli sur des toilettes ! 
C'était sans doute l'endroit le moins élégant où une oeuvre du maître avait été exposée.


_ Souvenez-vous, quatre-vint-dix pour cent de l'image qu'on renvoie vient du langage corporel, alors bougez et marchez comme un vieux rocker.

Jouer les vieux, ça je peux. Les rockers c'est pas gagné.


2 commentaires:

  1. J'ai hâte de le lire , j'ai adoré les autres romans de cet auteur. Je pense qu'avec ce lui ci ça devrait aussi bien fonctionné.

    RépondreSupprimer
  2. Il me tente bien celui-là :)

    RépondreSupprimer