Mes derniers Avis lectures


Attention tout les livres jeunesse à partir de Matilda, vous renvois sur mon blog spécial jeunesse, afin que vous puissiez y lire mon avis.

31.12.14

Apocalypse sur commande



Auteur :  Ken Follet


Genre Thriller


Edition :  Le Livre de Poche


Année d'édition :  1998 pour cette édition


Pages : 478





Synopsis :



Une catastrophe naturelle peut-elle être fabriquée volontairement ? Lorsqu'un groupe terroriste, Les soldats du paradis, menace de provoquer un tremblement de terre dans un coin bien précis de Californie, personne ne le prend au sérieux. Et pourtant, le cataclysme a bien lieu... La police et le FBI bâclent l'affaire ; et un second tremblement de terre est annoncé...
Dans une vallée perdue de la côte californienne, vit depuis vingt ans une bande de hippies oubliés de tous. Ils ont installé là un véritable petit paradis sur terre : culture biologique, vignes productives, éducation communautaire... Les vieux préceptes de Mai 68 appliqués pour le bien de tous. Hélas, le paradis est mis en danger par un nouveau projet gouvernemental.
Et le second tremblement de terre a lieu. Avec mort d'hommes. Qui sont ces terrifiants Soldats du Paradis, capables de créer de toutes pièces ce qui, d'habitude, ne relève que de la seule nature ?
Judy Maddox, jeune agente du FBI désavouée par ses supérieurs, et Michael Quercus, un sismologue original, étudient les tracés sur ordinateur de la grande faille de Californie. Ils repèrent les points d'impact susceptibles d'être utilisés par les terroristes : en les frappant à l'aide d'un vibrateur sismique, ceux-ci peuvent déclencher des chocs en série et créer un séisme.
Or Les Soldats du Paradis envoient un dernier ultimatum...



Mon avis :





À la base, j'avais choisi les piliers de la terre, de cet auteur, mais les mois ont filé et je ne l'ai jamais ouvert, lorsque j'ai vu qu'il ne me restait plus qu'un mois pour clore le challenge ABC de la littérature, j'ai préféré remplacer ce dernier par Apocalypse sur commande, j'en avais déjà entendu parler, mais je ne pensais pas le trouver chez Emmaüs.
Le titre m'intriguait, il n'en a pas fallu plus.



C'est effrayant cette voiture renversée, le thème thriller est bien là avec le choix des couleurs noir et rouge.




Est-ce que l'homme peut vraiment provoquer à sa guise des tremblements de terre ? Voilà la question que Judy Maddox, (et le lecteur) se pose. Lorsque cette affaire lui tombe desssus, grâce à un "hiérarchiste" phallocrate, la jeune agente du FBI, croit d'abord à une supercherie, mais son père et l'un de ses collègues vont lui donner matière à réfléchir. Car ce qui a tout l'air d'une enquête bidon, se révèle être une terrible menace si les terroristes arrivent à la mettre à exécution.
À l'origine de cette menace, une bande de hippies qui voient leur petit paradis condamné à cause d'une centrale nucléaire, et de son bassin d'alimentation, qui engloutira leur communauté, dont tout le monde, ignore l'existence.




Une lecture instructive et prenante. L'auteur a su intéresser le lecteur, non seulement à la cause perdue des Soldats du paradis, ainsi qu'à celle de Judy Maddox, agente du FBI. Pour ce faire, il a utilisé une écriture en deux temps, dans un premier, on suit Priest le gourou de la secte, car il faut bien reconnaître que c'est de cela qu'il s'agit, même s'ils semblent, au départ, plutôt pacifiques. Dans un deuxième temps, on suit Judy Maddox, déterminée à prouver sa compétence, et à mettre toutes les chances de son côté afin de réussir son enquête. Ce qui en fait également un super thriller psychologique. Les explications sur la couche terrestre et sa possibilité de provoquer un tremblement de terre, est claire et approfondie, sans noyer le lecteur. Il y a même un brin de romance. J'ai peut-être ressenti une ou deux longueurs, mais rien qui ne gêne vraiment la lecture et la compréhension.




Priest : vieux Hippie, ancien voyou, bien qu'an alphabet, il est d'un raisonnement et d'une intelligence surprenante. Charismatique et manipulateur, il aime que les autres lui obéissent, et reconnaissent sa supériorité.

Judy Maddox, jeune femme dans un milieu d'homme, de plus, métissée, ce qui n'arrange pas, ses rapports avec autrui surtout avec son nouveau chef. Déterminée, courageuse, fragile et forte à la fois, c'est le genre de personnage auquel on aime s'attacher.

Brian Kincaid : est le salop par excellence, misogyne, on a envie de le frapper, et on espère qu'une chose, c'est qu'il fasse un faux pas et se fasse prendre par ses supérieurs.

En conclusion :


Un super thriller, dont il manque un petit rien pour être un coup de cœur, les personnages sont attachants, l'idée bien trouvée, le style agréable. Il nous fait réfléchir tant l'idée de pouvoir créer des tremblements de terre sur commande nous fait froid dans le dos.


Morceaux choisis :


Mais ce qui avait fait d'elle un mythe, c'était son insatiable appétit sexuel. Elle couchait avec tous ceux dont elle s'entichait : des garçons de douze ans bourrés d'énergie, des sexagénaires qui n'en revenaient pas, des types qui se croyaient homos et des femmes qui ignoraient qu'elles étaient lesbiennes, des amis qu'elle connaissait depuis des années et des étrangers rencontrés dans la rue.


C'était une vieille commode ventrue en pin que sa mère avait achetée chez un brocanteur et qu'elle avait peinte en blanc. Elle avait trois tiroirs et reposait sur des pieds courts qui se terminaient en pattes de lion. Elle parut d'abord danser sur place, en s'agitant sur ces quatre pieds, puis elle se traîna d'un côté à l'autre comme quelqu'un qui hésite sur le pas d'une porte. Enfin, elle se dirigea vers elle.


Les chemins étaient boueux, les bâtiments délabrés et érigés à la diable : le dortoir des gosses jouxtait la cave à vin et l'atelier de menuiserie trônait au milieu des cabanes ; chaque année on déplaçait les toilettes, mais en vain : quel que fût leur emplacement, on en sentait toujours l'odeur par forte chaleur. Pourtant, tout dans cet endroit réchauffait le cœur de Priest. Et lorsqu'il contemplait, au loin, les pentes boisées qui partaient à l'assaut des pics bleutés de la Sierra Nevada, les larmes lui montaient aux yeux devant tant de beauté.


En théorie, la discussion était démocratique et la communauté n'avait pas de chef mais dans la pratique, Star et lui dominaient les réunions, Priest aiguillait le dialogue vers l'issue qu'il souhaitait, d'ordinaire en posant des questions plutôt qu'en exposant un point de vue. Si une idée lui plaisait, il encourageait une discussion sur ses effets positifs ; s'il voulait étouffer dans l'oeuf une proposition, il poussait ses opposants dans leurs retranchements. Et s'il sentait que l'ambiance lui était hostile, il feignait d'être convaincu, puis renversait plus tard la décision.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire