Mes derniers Avis lectures


Attention tout les livres jeunesse à partir de Matilda, vous renvois sur mon blog spécial jeunesse, afin que vous puissiez y lire mon avis.

31.10.14

La Baie des Balaines


Auteurs :  Jojo Moyes

Genre  Contemporain


Edition :  Le livre de Poche


Année d'édition :   2013 pour cette édition



Pages : 504





Synopsis :



Sur les plages préservées au sud de Sydney, Silver Bay est un véritable havre de paix. C'est ici que s'est réfugiée Liza McCullen avec sa fille Hannah pour échapper à sa vie passée. Mais l'arrivée de Mike Dormer va bouleverser la tranquillité de la petite communauté. Cet Anglais affable, trop curieux, menace d'anéantir tous les efforts de Liza pour sauver le petit hôtel familial et protéger les baleines.
La Baie des baleines nous plonge dans la nature sauvage australienne, autour de personnages en quête de nouveau départ.




Mon avis :





Ce livre fait partie de ma liste pour le challenge ABC de la littérature 2014. J'avais dans ma PAL (pile à lire) celui-ci, et "Juste avant le bonheur", vu l'engouement pour ce dernier, j'ai préféré découvrir l'auteur avec un titre, plus neutre.




Je n'aime pas du tout cette couverture, et, c'est une des raisons qui font que je n'étais pas impatiente de découvrir ce titre. Mais je reconnais, qu'elle rappel assez bien le roman.





Quand Liza est venue se réfugier auprès de sa tante Katleen, en Australie, elle pensait mettre son passé définitivement loin  d'elle. Malheureusement, c'était compter sans la soif des promoteurs immobiliers, en la personne de Mike Dormer.
Lorsque Mike Dormer, se voit contraint de se rendre en Australie, afin de finaliser le projet d'hôtel de luxe de son beau-père et associé, il est très loin de se douter, que ce remplacement au pied levé, allait bouleverser sa vie.
Liza arrivera-t-elle, à regarder le passé en face ? Mike, écoutera-t-il son cœur, où choisira-t-il d'assumer le rôle que tout le monde attend de lui ?





Nous n'avons pas un, mais de multiples narrateurs, si cela nous permet d'appréhender l'histoire sous plusieurs points de vues. C'est aussi parfois déstabilisant. J'ai souvent la manie de lire, un peu partout, notamment en sortant mes chiens, (je crois que depuis un an et demi que mes voisins me voient lire en marchant, ils sont persuadés que je suis folle) ce qui implique de laisser un livre, au mieux à un paragraphe, voir au début d'une page. Mais ici, je ne le pouvais pas, pour de longue période, car après je ne savais plus qui parlait.

Je ne peux pas dire que ce soit un livre riche, en rebondissement, et le peux qu'il y a vers la fin, sont presque prévisibles. Cependant, on s'attache très vite aux personnages, on a envie de les voir évoluer, (vers leur bonheur). La plume de Jojo Moyes est fluide, et vraiment très agréable à lire.

Silver Bay, est un petit coin de paradis, où le temps semble s'être arrêté. Où les hommes vivent en harmonie avec leur environnement, où le bonheur des cétacés est tout aussi important que celui de leur proche. Bref, on se sent bien dans l'univers que nous propose l'auteur.

Je mettrais cependant un bémol, pour la fin, qui, je trouve, est bien trop rapide, pas bâclé, mais pas fignolée non plus.




Je vous l'ai dit, ils sont nombreux, tous très bien travaillés, de l'homme d'affaires, à la jeune adolescente, que tout le monde pense préserver, et qu'ils étouffent parfois, par un manque de communication.
Mes préférés sont Kathleen et son franc-parler, et Hanna, courageuse et intelligente pré ado, elle m'a souvent émue.


En conclusion :


Une lecture très agréable malgré un manque certain d'actions, et de très fortes prévisibilités. L'auteur sait charmer afin de nous donner envie de rester dans son univers, jusqu'au bout. Mon seul regret, que la fin, soit un peu rapide.


Morceaux choisis :

Deux jours après la parution de cette photo dans les journaux, nous affichions complet et le resterions jusqu'à ce que l'aile droite de l'hôtel brûle en 1962. Les hommes débarquaient pour battre mon record ; si une fille avait été capable de sortir de l'eau une telle créature, qu'en serait-il d'un bon pêcheur ? 


Baleine. Je roulai le mot dans ma bouche et le savourai. Mes yeux ne quittaient pas l'eau. J'imaginai la baleine qui, mue par une force invisible, s'élevait hors de l'eau derrière l'île, exposant son ventre blanc au monde.
<<Baleine, chuchotai-je>>


C'est ce qu'on ne vous dit jamais sur la vieillesse : elle n'empêche personne d'agir comme un jeune imbécile.


L'ampleur de leur monstruosité me frappa de plein fouet et le langage que j'adoptai soudain ne m'était pas revenu depuis l'époque où j'étais serveuse en temps de guerre. << Les salauds ! Ce trouillard de bouffeur de rat de fils de chien enragé ! Ce...re...
_ Requin ? suggéra Mike.
_ Ce requin, affirmai-je en lançant un coup d’œil à Hannah. Oui. Ce requin. J'aimerais l'étriper aussi sûrement qu'un vrai.
_ Je l'abattrais à coup de fusil, préféra Mike.
_ Le fusil est trop doux.>>


Parce que le cri de ma mère, tandis qu'elle berçait ma soeur, était long et étrange, il parlait de tout l'amour et de la tristesse du monde. (...) c'était exactement comme le chant d'une baleine à bosse.




3 commentaires:

  1. J'ai un peu de mal avec cet auteur mais je reste curieuse de ces écrits . Je pense que je le lirai.

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer