Mes dernières chroniques




mercredi 13 août 2014

Si c'était à refaire


Couverture Si c'était à refaire    


 Auteur : Marc Levy


Genre : romance, thriller


Edition : Pocket


Année d'édition :  2013


Pages : 407




Synopsis : 



Entre suspense et passion, une histoire à couper le souffle
Andrew Stilman, grand reporter au New York Times, vient de se marier. 
Le 9 juillet 2012 au matin, il court le long de l'Hudson River quand il est soudainement agressé. Une douleur fulgurante lui transperce le dos, il s'effondre dans une mare de sang. 
Andrew reprend connaissance le 9 mai 2012... Deux mois plus tôt, deux mois avant son mariage. 
À compter de cette minute, il a soixante jours pour découvrir son assassin, soixante jours pour déjouer le destin. 
De New York à Buenos Aires, il est précipité dans un engrenage vertigineux. Une course contre la montre, entre suspense et passion, jusqu'au dénouement...à couper le souffle.



Mon avis :


N'en déplaise à ses détracteurs, j'aime bien cet auteur, et n'en déplaise à ceux qui ont honte de l'apprécier et disent aimer sa plume, mais ne pas se souvenir, de ses écrits, personnellement, je sais très bien lesquels j'ai aimé, et ceux que je n'ai pas appréciés. Étant en retard sur sa bibliographie, je rattrape ce dernier, grâce au challenge ABC.


Cette couverture surprend, pour cet auteur. Avec le portrait de femme en gros plan, on voit que celle-ci va avoir de l'importance, mais franchement ce n'est pas celle que je pensais.


Andrew Stillman est journaliste au New-York Times, c'était son rêve d'enfant, il est fier de l'avoir réalisé, même s'il ne brille pas spécialement par sa plume. Seul son article sur un trafic à l'adoption, l'a propulsé au sommet, avant, et bien comme nombre avant lui, il était aux rubriques nécrologiques, puis au mariage.
Alors quand on l'agresse ce 9 juillet 2012, et qu'il voit sa vie sur le point de s'achever, il se demande qui peut lui en vouloir à ce point ! Son épouse ? Qu'il a trompé à peine marié, son collègue de bureau ? Une des familles d'enfants adoptés ? Contrairement à toute logique, Andrew se réveille de son agression deux mois, plus tôt, deux petits mois, pendant lesquels il lui faudra trouver le coupable.

Surprise, voir même agréablement surprise. Voilà les premières impressions à la suite de cette lecture, j'ai retrouvé le Marc Levy que j'aime. Mélange harmonieux entre paranormal, et réalité. Une histoire d'amitié comme il sait nous les servir. Drôle et tendre à la fois. Cerise sur le gâteau, il a su me passionner avec l'enquête dans l'enquête. Celle qu'Andrew Stillman effectue pour son journal.
On ne lit pas ce roman de Marc Levy, on le dévore, et cela faisait bien longtemps que ça n'avait pas été le cas.
Sa plume est toujours simple. Si l'histoire d'amour est toujours présente pour une fois, elle passe au second plan. Et ça fait du bien aussi.
Côté intrigue policière, je les trouve particulièrement bien amenées, et franchement, je n'étais pas loin, je tournais au tour, mais la chute ma surprise, et bien plu, même si cette fin ouverte me gâchait un peu mon plaisir du moment. C'est comme ça, je n'aime pas les fins ouvertes.


J'aime beaucoup retrouver, les personnages des premiers tomes, lorsque l'inspecteur Pilguez nous rend visite dans les nouveaux titres, c'est toujours un plaisir. De même ici le couple de "Et si c'était vrai" nous fait un clin d'œil, bien sympa.

Mon attachement aux personnages, est à leur image, survolé et surfait, entre le couple Andrew-Valérie. J'ai à l'inverse beaucoup apprécié Simon, son meilleur ami, du moins son seul ami.

Il y a un tas de second rôle très attachant, mais malheureusement, je ne peux vous en révéler trop, par peur de spoiler.



En conclusion :



Une histoire passionnante, loin des écritures conforts de l'auteur, avec ces histoires croisées, il sait nous captiver. Ce n'est pas détrôné, mon préféré de cet auteur, mais il fait vraiment partie de mes favoris.



Morceaux choisis :

M. Zanetti s'était trompé. Quelqu'un, quelque part, avait dû appuyer sur un étrange bouton, car la vie d'Andrew Stillman venait de se rembobiner soixante-deux jours en arrière.


Si c'était à refaire ? griffonna Andrew sur la page de garde de son carnet...Qui n'a jamais rêvé à cette éventualité ? Corriger ses erreurs, réussir là où on avait échoué. La vie était en train de lui offrir une seconde chance...

On va tous y passer, la vie est une maladie mortelle dans cent pour cent des cas. Moi, j'ignore la date fatidique, et je n'ai pas le loisir d'en retarder l'échéance. Ce n'est pas plus rassurant quand tu y penses.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire