Mes dernières chroniques




mercredi 23 juillet 2014

Vampire et Célibataire tome 1 de Queen Betsy


 





 Auteur : Mary Janice Daidson

Genre : Bit-lit ; Chick-lit

TraductionCécile Tasson

Edition : Milady

Année d'édition : 2011

Pages : 337







Synopsis : 


Elle voulait juste être la reine du bal...
Elle va devenir la reine des vampires !
À son réveil à la morgue, Betsy Taylor découvre qu'elle est un vampire. Même si sa nouvelle condition possède de nombreux avantages, elle a bien du mal à s'habituer à son régime à base de liquide. Et même si sa mère est ravie d'apprendre que la mort ne lui empêchera pas de lui rendre visite, ses nouveaux amis nocturnes, eux, ont la conviction ridicule qu'elle est la reine annoncée par la prophétie.




Mon avis :



J'ai choisi ce livre pour mon challenge ABC de l'imaginaire à ceci près qu'il s'agit d'une tricherie, dans le sens où je ne l'ai pas mis en lettre D comme le nom de l'auteur, mais en Q comme le nom de l'héroïne.
Le titre m'a amusé d'emblée, d'où cette sélection.


La couverture ici donne le ton, très girly, on s'attend à un livre frais, et drôle. Je l'aime assez, je dois dire, elle me fait penser au personnage des bandes dessinées de Diglee, et après lecture, c'est tout à fait ça.


Betsy, de son vrai nom Elizabeth Taylor, est une jeune femme, célibataire, secrétaire, récemment au chômage, inconditionnelle de la chaussure, et de la mode. Sa vie bascule le jour où elle meurt brutalement après avoir été renversée par une voiture. Elle a de plus la surprise de se réveiller dans son cercueil à la veille de son enterrement. Mais pas question pour elle, de jouer les mortes, aussi décide-t-elle de quitter illico la morgue. Car, morte ou vive, elle a bien l'intention de pouvoir vivre comme avant. Mais c'est sans compter sur sa nouvelle condition de vampire, qui ne sera pas de tout repos.


C'est avec brio que l'auteure mélange ici les deux styles littéraires que sont la bit-lit et la chick-lit. Comme la plume de Mary Janice Daidson est simple, mais néanmoins plaisante, il se lit vite. C'est Betsy elle-même qui nous conte son histoire, pour se faire l'auteure n'hésite pas à utiliser un langage, familier voir cru. Si ce genre peut choquer certaine personne, dans ce contexte, et au vu du caractère du personnage, à l'inverse, je trouve plutôt qu'il correspond bien à notre jeune vampire, tout au moins à l'image que j'ai pu m'en faire, car en plus, d'une intrigue peu convaincante, l'autre gros défaut si je puis dire, c'est le manque de description. Si certains auteurs en mettent des pages, ce n'est pas le cas de Mary Janice Daidson, qui leur a privilégié les dialogues. Ce qui donne certes du rythme, mais qui bloque un peu notre imagination.


Amusante et drôle Betsy n'a cependant pas réussit à me charmer plus que ça, en tant que personnage, elle me fait penser à une caricature de "la blonde" par excellence ( ne vous vexez pas, je suis moi-même blonde dans tous les sens du terme). Une bimbo qui préfère les chaussures à sa dignité, mais je reconnais qu'elle m'a fait à ce sujet bien rire. Superficielle et gaffeuse, sur d'elle et prétentieuse, elle agace, fait rire ou sourire, mais ne laisse pas indifférent.


Pour les raisons évoquées un peu plus au dessus, je n'ai pas pu me faire une réelle opinion de Sinclair, il en va de même pour tous les autres, mais ce n'est qu'un premier tome, et je me dis que les petites lacunes vont sans doute s'améliorer au fil du temps.




En conclusion :


Une lecture agréable, idéale entre deux pavés, ou lors des vacances estivales sur la plage. Il manque au vu de ce premier tome quelques profondeurs, mais les bases sont posées. Je n'ai pas hâte de connaître la suite, mais il est certain que le tome 2 fera partie de mon challenge ABC de l'imaginaire l'an prochain.




Morceaux choisis :



-Dieu, commençais-je tout en essayant de garder l'équilibre.
C'est moi, Betsy. Je viens te rendre une petite visite. Prépare la chambre d'ami !



Au cinéma et dans la littérature, les vampires étaient tous séduisants, même les méchants. Visiblement, ce type n’en avait jamais entendu parler.
Il prit ma main dans la sienne et la serra fermement. Sa peau était froide. Plus que la mienne. Puis, il l’embrassa de ses sales lèvres glacées. Je me retins de justesse de vomir par-dessus sa tête penchées et dégarnie. Puis, Dieu merci, il se redressa et me relâcha. Je m’essuyai immédiatement sur ma jambe. Pas très poli, je sais, mais je ne pouvais pas m’en empêcher. Le baiser de cette espèce de chauve-souris était à peu près aussi ragoutant que celui d’un poisson mort.



-Leçon n°1: les vampires n'existent pas.
- Eh bien la leçon n°1 est complètement stupide!
-Ca signifie simplement que nous devons tenir nos agissement secrets.
-Pourquoi ? 
-Parce que c'est la règle.
-Pourquoi ? 
Il s'arrêta, exaspéré.
-Vraiment, Elizabeth, j'ai l'impression de m'adresser à une enfant de maternelle.



J'était en train de grimper 5 étages à la verticale. Moi !
Alors qu'en sport au lycée, j'étais incapable d'escalader cette foutue corde, même celle avec des noeuds!
A présent, l'exercice était presque trop facile.
Je me sentais euphorique. Ca me demandait autant d'effort que pour ouvrir une boite de Pringles. J'étais rapide, j'étais forte, j'étais... Spider-vampire !



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire