Mes derniers Avis lectures




31.7.14

New Victoria tome 1


       


Auteur : Lia Habel


Genre Romance, Fantastique


Edition : Castelmore


Année d'édition :  2012


Pages : 576





Synopsis : 



2195. Nora Dearly, jeune fille de la haute société de New Victoria, est plus intéressée par l’histoire militaire de son pays que par les bals et les jolies robes. Elle n’imaginait pas que la mort de son père, le docteur Dearly, la projetterait au cœur des conflits qui menacent les frontières du pays… Kidnappée par une faction rebelle, Nora doit combattre ses préjugés pour comprendre leurs motivations. Bram Griswold, un jeune soldat courageux et séduisant, entend bien lui ouvrir les yeux sur la véritable menace qui pèse sur les vivants… comme sur les morts.



Mon avis :


Ce livre m'a été offert l'an dernier par une copinaute, je reconnait qu'il m'intriguait énormément, et comme je n'ai jamais trouvé le moment idéal pour le glisser entre deux, je l'ai inscrit dans ma liste commune aux deux challenges ABC.
J'avais très envie de découvrir ce fameux style steampunk dont tout le monde parle depuis un moment.


J'aime beaucoup la couverture très représentative du style Victorien, par contre je dois reconnaître que je me suis totalement trompée sur le côté sombre, j'y voyais plus un rapport à la bit-lit et non aux zombis.


Le monde tel que nous le connaissons, a été ravagé, les survivants, ont décidé de reproduire le style Victorien, un modèle selon eux. La jeune orpheline Nora et sa meilleure amie, Pam, quitte la pension le temps des vacances de noël. Quelques heures plus tard, Nora sera enlevée. Et le lecteur s'apercevra que le monde idéal des habitants de New Victoria est loin d'être aussi idyllique que ça, et que, là, comme partout, le gouvernement, à ses petits secrets, bien cachés.


Prenez comme base principale le Steampunk, aromatisé le, avec de la dystopie, cela va presque de soit, saupoudré de romance, et couvrez le tout de fantastique et vous aurez le mélange incroyable que l'auteure a osé. Et cela donne une merveille. Franchement, ce roman atypique n'est pas passé loin du coup de cœur.
L'écriture est fraîche, drôle, même dans les moments tragiques.
Chaque chapitre est concentré sur un personnage, Nora, Pamela, le beau Bram, ah non lui, il ne peut pas être beau, c'est vrai. (c'est un zombie) Et pourtant, il a un, je ne sais quoi, qui le rend attachant. Il y a également deux autres intervenant que je vous laisse le soin de découvrir.
Chaque narrateur, nous donne son point de vu, sur le déroulement de l'histoire, et je crois qu'un moment donné, c'est ce qui a fait que ce n'est pas un coup de cœur, car un moment d'inattention et l'on ne sait plus qui nous parle, surtout sur la fin. À ce propos, c'est également sur le dernier tiers que j'ai trouvé des longueurs. Du coup, j'en ai perdu la magie du début. Et puis tout à-coup tout, c'est accéléré, aussi bien dans l'action que dans la facilité, une fin un peu trop rapide, mais volontiers pardonné, par la qualité du reste.
Je n'ai eu aucun mal avec le décor ou, les personnages, Lia Habel, palliant aux questions qu'on est en droit de se poser.


Nora jeune héritière, et ce n'est pas qu'une expression puisque cette dernière ainsi que sa meilleure amie, non que 16 ans, est issus, de la haute société de New Victoria. Orpheline, elle est à la charge de sa tante. Audacieuse, obstinée, c'est également une femme de cœur. Qui sait aller au-delà des apparences, qu'elles soient physiques ou sociales.

Pamela, est tout l'inverse, issue de famille modeste, où elle est choyée, ses parents misant beaucoup sur elle. Débrouillarde et franche, cela l'aidera beaucoup, pour affronter les épreuves qui l'attendent. Cependant beaucoup trop naïve.

Bram, et bien Bram, c'est Bram. Physiquement, moi, je suis comme Nora, je n'arrive pas à voir ses défauts tant sa beauté intérieure l'illumine. Drôle, touchant, un brun charmeur, il est plus humain, que certains humains.

La compagnie Z dans son entier est très attachante, avec un brun d'humour (noir) comme je les aime, pour mieux vous les faire apprécier autant les laisser se présenter : "_ Aviez-vous déjà entendu parler de zombies avant d'arriver ici?
(...)
_ Vous voyez! (...) Les vampires ne sont que des zombies qui bénéficient d'une meilleure publicité. Ce pourrait être nous, dans quelques années!


En conclusion :


Je ne suis pas une adepte de la littérature "zombilienne", mais lorsque c'est servie avec autant de qualité qu'ici, je m'incline. Même si je n'ai pas eu de coup de cœur à proprement parler, j'ai vraiment été plus que séduite par ce roman. Qui n'est passé qu'à un grain de sable du coup de cœur.

Morceaux choisis :


Quelques décennies plus tard, mes ancêtres avaient définitivement arrêté leur choix sur l'époque victorienne comme modèle de politesse, d'ordre et de prospérité. Lorsque le moment fut venu d'entériner notre Constitution et de baptiser notre pays, le peuple se prononça, avec une écrasante majorité, en faveur de "New Victoria" 
(...) L'histoire sans sa part d'ombre. Même la première gurerre de Sécession paraissait empreinte de courtouisie  et de raffinement comparée à la seconde.


(...) J'avais choisi de la saluer en lui arrachant une poignée de cheveux pour m'assurer qu'ils étaient bien réels. Elle m'avait répondu en me frappant violemment le nez du poing.
Bref, nous nnous étions aimées au premier coup dans l'oeil.


-Vous vous êtes porté garant pour moi ? (...)
-Oui ! Vos parents ne vous l'ont pas dit ? Je les ai retrouvés au palais de justice le jour où votre avocat les a convoqués.

Je secouai la tête et pris note pour plus tard : Si mes parents survivent, les tuer.


Deux sur deux. Je suis la reine des chasseuse de zombies ! Que cela soit gravé sur une plaque.


2 commentaires:

  1. Un roman que j'ai aussi beaucoup apprécié .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je crois qu'on est nombreux dans ce cas-là

      Supprimer