Mes derniers Avis lectures


Attention tout les livres jeunesse à partir de Matilda, vous renvois sur mon blog spécial jeunesse, afin que vous puissiez y lire mon avis.

26.7.14

Divergente 3


Couverture Divergent / Divergente / Divergence, tome 3 : Allégeance           





 Auteur : Veronica Roth

Genre jeunesse, science fiction

Edition : Nathan

Année d'édition : 15 mai 2014

Pages : 468








Synopsis : 


Tris et ses alliés ont réussi à renverser les Érudits. Les sans-faction mettent alors en place une dictature, imposant à tous la disparition des factions. Plutôt que de se plier à ce nouveau pouvoir totalitaire, Tris, Tobias et leurs amis choisissent de s'échapper. Le monde qu'ils découvrent au-delà de la Clôture ne correspond en rien à ce qu'on leur a dit. Ils apprennent ainsi que leur ville, Chicago, fait partie d'une expérience censée sauver l'humanité contre sa propre dégénérescence. Mais l'humanité peut-elle être sauvée contre elle-même ?




Mon avis :



Plus d'un an ! Comment ont-ils pu nous faire cela, nous laisser en plein suspens pendant tout ce temps. Inutile de vous dire que j'attendais ce 3 e et dernier tome avec impatience.


Je ne vous parlerais pas de la couverture, car, personnellement, je préfère de très loin celles de mes deux premiers tomes.


Tris, et Tobias alias Quatre, et une poignée d'autres, sont toujours en quête de vérité, et refusent le pouvoir extrémiste d'Evelyne Johson, la mère de Tobias. Croyant grâce à la vidéo d'Edith Prior à un monde meilleure, au delà des frontières des Fraternels. Ils vont braver les interdits, et s'enfuir à l'extérieur.
Mais là, ils découvriront à quel point, ils ont été manipulés, et que toute vérité n'est pas bonne à dire.


Tout comme pour la trilogie Hunger Games, je me suis refusée à visionner la version cinéma, tant que ma trilogie, livre n'était pas terminée.
Une fois de plus Véronica Roth poursuit son histoire, sans remise en mémoire des volumes précédents, c'était déjà le cas, entre le tome 2 et 1. Je voulais les relire avant de me plonger dans ce dernier opus, mais, c'était sans compter mon impatience.
Vous ne trouverez pas de chronique des 2 premiers tomes sur le blog, et pour cause à l'époque, je n'en tenais pas. J'ai bien pensé à donner un avis englobant, l'intégralité de la trilogie, ou de donner mon ressentit des deux premiers volets avant celui-ci, mais honnêtement après plus d'un an, aurait-il été très objectif, j'en doute.

Donc comme je vous le disais plus haut, on entre directement dans le vif du sujet, sans réel, rappel, si c'est idéal lorsque la trilogie, sera en version intégrale, ici, je pensais que se serait beaucoup plus compliqué. Et bien pas tant que ça en fait, au fur et à mesure tout me revenait assez bien.
Comme toujours, j'ai trouvé la plume de l'auteure agréable et fluide. Bien que pour ce dernier opus, elle est choisie un récit en deux temps, avec toujours Tris qui nous conte son histoire et donne son point de vu, mais également en donnant la parole à Tobias. Ma première réaction, tient, tient, bizarre, pourquoi un tel changement ? J'ai eu ma réponse dans les dernières pages.

Il m'a semblé également que l'auteure tout en n'oubliant pas les rebondissements, prenais plus sont temps, il n'y a pas vraiment de longueur, mais je ne sais pas, un petit quelque chose, qui rend le rythme plus lent que les deux premières parties.


Côté personnage, le jeu du chat et de la souris entre Tobias et Tris, semble s'amplifier. Peut-être cela est-il dû au fait de l'évolution de Tris. Qui semble plus mâture, bien que toujours aussi impulsive. Forte, déterminée, elle n'a pratiquement plus rien à voir, avec celle qu'elle était au premier tome.
Du coup, le duo Tris, Tobias s'inversent, c'est lui qui doute, perd ses repaires, à dû mal à accepter toutes les révélations. Il est en quête de son identité. Et au moment où, il croit la trouver, que tout semble, s'arranger, il lui faudra accepter les choix et les décisions, de Tris.

Les nouveaux personnages, n'ont rien à envier aux autres leaders, tout aussi pervers. Cependant, j'ai beaucoup aimé les rapports triangulaires exprimés par l'auteure, envers ses personnages principaux et leur famille. D'un côté Tobias, qui semble toujours devoir choisir, entre aimer sa mère où son père, pris entre les deux, les rejetant, mais ne pouvant s'empêcher malgré tout de les aimer, et de l'autre Tris, et Caleb, élevés ensemble, mais qui n'ont pas le même point de vue, sur leurs parents, qui ont des sentiments fort telle que la haine, et le pardon, et qui finiront par comprendre ce que veux dire être frère et sœur.


En conclusion :



Une superbe trilogie, même si ce troisième et dernier tome n'est pas un coup de cœur, et que finalement, je lui ai préféré les deux premiers, surtout le second. Il a l'avantage de répondre à nos questions. Une fois encore Véronica Roth sait nous surprendre, nous faire sortir de nos gonds, et nous offre une fin magistrale, de celle qui font les plus belles histoires ! Puisqu'on ne s'y attend vraiment pas.


Morceaux choisis :


Depuis tout petit, je sais une chose : que la vie nous abîme, tous. On n'y échappe pas.
Mais je suis en train d'en découvrir une autre : qu'on peut se réparer. On se répare les uns les autres.


Il y a beaucoup de façons d'avoir du courage. ça exige parfois d'offrir sa vie pour quelque chose de plus grand que soi, ou pour quelqu'un. D'autres fois, le même but exige de renoncer à tout ce qu'on a connu, à tout ceux qu'on a aimés.
Mais pas toujours.
Parfois, le courage, c'est juste de serrer les dents contre la souffrance, et de s'efforcer d'avancer au jour le jour, lentement, vers une vie meilleure.


- Je pense que la chose la plus importante qu'elle ait faite, et sans le vouloir, d'ailleurs, ça a été d'avouer. A ne pas confondre avec admettre. Admettre, ça implique d'essayer d'amadouer l'autre, de se trouver des excuses pour des actes qui ne sont pas excusables. Avouer, c'est nommer ses fautes dans toute leur gravité. C'est quelque chose dont j'avais besoin.


- Il y a un vieux proverbe qui dit : "Savoir, c'est pouvoir", déclare Matthew.
Pouvoir faire le mal, comme Jeanine ... ou le bien, comme nous ici.
Le pouvoir en lui-même n'est pas nocif.
Donc le savoir en lui-même ne l'est pas non plus.






1 commentaire:

  1. Je ne m'y attendais pas, mais vraiment gros coup de cœur pour cette trilogie !!

    RépondreSupprimer