Mes derniers Avis lectures




28.3.14

minuit 4 : le tombeau de minuit




Auteure : Lara Adrian

Genre : Bit-lit

Editeur : Milady

Année d'édition :  2011 pour cette édition

Pages : 288 (sur ma liseuse)




Synopsis :



La Lignée est parmi nous depuis toujours : de puissants guerriers vampires mènent une guerre secrète contre les Renégats pervertis par la Soif sanguinaire. 
Rio sacrifie sa vie pour lutter contre les Renégats. Il ne laissera rien ni personne se dresser contre lui, et surtout pas cette mortelle, capable de révéler l’existence des vampires… Dylan, une jeune journaliste, fait une terrible découverte qui la plonge dans un tourbillon de violence et de mystère. Mais rien n’est plus dangereux pour elle que cet homme couvert de cicatrices surgi de l’ombre…
Et si son monde de ténèbres avait un lien avec le passé qui la hante ?




Mon avis :



Un tome sur deux ! En enlevant le 1er, puisque je l'avais bien aimé, encore qu'à bien y réfléchir, je lui ai préféré son suivant. Le troisième ne m'a pas convaincue, et voilà que le quatrième se révèle être mon préféré, de la série. Enfin pour le moment, je suis loin de l'avoir bouclée.
Comme pour les trois premiers tomes, sur la couverture, on retrouve cette scissure représentant en bas la ville, et en haut le personnage principal, ici un homme, puisque le personnage est censé représenter Rio. À supposer que ma théorie soit exacte, je dois dire que je n'imaginais pas Rio tout à fait comme cela, mais plus comme celui du 6e tome. ( oui vous avez le droit d'aller vérifier avant de lire la suite, haha.)

Je trouvais étrange que Lara Adrian, donne la priorité à Rio, si tôt dans la saga. Après l'avoir quasi démolie lors du 1er tome, et rendu pratiquement fou, dans le précédent. Mais la magie opère, elle opère même bien.

En écrivant ces lignes je me souviens, d'une réflexion que je mettais faite à la fin du troisième volume, lorsque j'ai vu que Rio était du voyage, pour une mystérieuse grotte, que c'était lui qui avait la mission de la démolir. Je me suis demandé si c'était bien prudent, car à l'époque, il faut reconnaître qu'il était plutôt instable.

Mais les auteurs ont leurs raisons, que les lecteurs ignorent. J'ai eu la réponse dès le début de ce 4e opus. Sans entrer dans le détail de la trame, car il serait bien dommage d'en priver de futurs lecteurs, personnellement, j'ai horreur, des avis, où l'on nous révèle tout les tenants et aboutissants de l'ouvrage.
Donc comme je le supputais, Rio est bien anéantit, et là, je dois féliciter l'auteure pour la justesse, de sa description, non seulement, on imagine bien notre héros, mieux on le ressent. Ah qu'il est dur de ne pas en dire plus, afin de mieux vous communiquer mon ressentie.
Je vous dois une confidence, Rio, est depuis le premier volume, l'un de mes personnages préférés, j'ai aimé sa joie de vivre, sa ténacité pour se battre afin de survivre, et depuis cette lecture, ce sentiment s'est renforcé. On mesure combien il est profondément déchiré à l'intérieur, pas seulement à cause de son ancienne compagne de sang, mais également par son enfance.
Je ne vous surprendrais pas, et ne vous apprendrais rien, en vous disant que l'idée d'arrêter les combats, ne l'a pas effleuré. Et c'est là qu'entre en scène Dylan.

Dylan est une jeune journaliste au caractère bien trempé, qui travaille pour un canard peu recommandable, belleintelligente, qui adore plus que tout sa mère, elle est têtue et rusée, bref une héroïne comme je les aime, et qui va très bien avec Rio. Mais pour une fois nos deux protagonistes n'habitent pas la même ville, alors pourra-t-elle choisir entre son amour pour Rio, et celui pour sa mère ?

La plume de Lara Adrian est simple et fluide. Le découpage de son texte toujours identique, un membre de la lignée, une jeune femme qui se révèle être une compagne de sang, un amour naissant, menacé, puis finalisé, on connait la fin, mais on lit, mieux, on ne lâche plus le livre une fois commencé, pourquoi ? Car derrière ces romances, se cache une seconde histoire, amenée habilement, dévoilée de ci, de là, juste de quoi nous mettre l'eau à la bouche, que se soit au niveau des couples, ou de la trame cachée. Et ce qui se dessine depuis la fin du tome 3, et qui prend de l'ampleur ici, promet d'être croustillant.


En conclusion :



Pour le moment, mon préféré, tout y est, l'amour, le suspens, les sentiments pour nos héros, une vrai intrigue derrière l'histoire d'amour. Vivement, la suite.


Morceaux choisis :


voilà les passages relevés lors de ma lecture : 

« Parviendrait-elle jamais à l'oublier, même s'il s'effaçait de sa mémoire comme il en avait l'intention ? Elle en doutait vraiment. Et même si on forçait son esprit à l'oublier, elle ne pensait pas que son cœur puisse jamais y arriver. »


Un nom n'est pas quelque chose d'insignifiant. Il dessine votre monde en tant qu'enfant et il est là pour toujours. Un nom doit avoir un sens


« - mon nom complet est Eleuterio de la Noche Atanacio.
- Wahou! J’imagine que "dylan" çà fait un peu quelconque par comparaison hein?
rio gloussa
- il n'y a rien de quelconque chez toi, je peux te l'assurer Dylan sourit avec modestie
- bon alors qu'est ce qu'il veut dire ce superbe nom?
- une traduction approximative donnerait: " celui qui est libre et appartient à la nuit sans fin." »

Il ne devait rien désirer d'elle. Et pourtant, il la désirait tout entière !






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire