Mes dernières chroniques




dimanche 22 décembre 2013

Lettre au père




Auteur : Frantz Kafka

Genre : Autobiographie

Editeur : Folio

Année d'édition : avril 2012 pour cette présente édition

pages : 99




Synopsis : 

"Très cher père,

Tu m'as demandé récemment pourquoi je prétends avoir peur de toi. Comme d'habitude, je n'ai rien su te répondre..."

Réel et fiction ne font qu'un dans la lettre désespérée que Kafka adresse à son père. Il tente, en vain, de comprendre leur relation qui mêle admiration et répulsion, peur et amour, respect et mépris.





Mon avis :


"Tu m'as demandé récemment pourquoi je prétends avoir peur de toi. Comme d'habitude, je n'ai rien su te répondre, en partie justement à cause de la peur que tu m'inspires, en partie parce que la motivation de cette peur comporte trop de détails pour pouvoir être exposée oralement avec une certaine cohérence. Et si j'essaie maintenant de te répondre par écrit, ce ne sera encore que de façon très incomplète, parce que, même en écrivant, la peur et ses conséquences gênent mes rapports avec toi et parce que la grandeur du sujet outrepasse de beaucoup ma mémoire et ma compréhension."

Ainsi commence ce petit livre de 99pages, vous l’aurez compris avec lettre au père Frantz Kafka fait le procès de son père.
Cependant l’auteur ne remettra jamais cette missive à son destinataire, par choix ? Ou tout simplement parce que cette dernière a su épancher ses griefs ? Nous ne le saurons jamais.
Dans ce monologue intense et poignant l’auteur démontre combien l’autoritarisme de son père et son manque d’affection sont à l’origine de son mal être et de la crainte de ce patriarche, pour qui la réussite sociale compte plus que tout. Mais surtout il accuse proprement et simplement l’éducation paternelle d’être la source de son inaptitude à la vie conjugale et que cet homme cause de tous ses maux, n’en prenne pas conscience le fait sortir de ses gonds.  
D’où le style souvent incisif.


En conclusion :



Je n’ai pu à la lecture de ce livre que m’interroger sur le sens profond de ce réquisitoire, et de lire entre les lignes, combien le fils, tentait de suivre le chemin idéalisé par le père, en recherchant ainsi, non seulement son approbation, mais également sa fierté, malheureusement sans jamais y parvenir.
Je n’avais lu jusqu’à présent de Frantz Kafka , que le procès, lorsque j’étais étudiante, il m’avait assez marqué pour que je m’en souvienne encore, j’ai le sentiment que lettre au père me laissera également un souvenir profond. c'est ma foi une lecture agréable. Un très bon classique.

lecture agréable (2).jpg

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire