Mes dernières chroniques




jeudi 26 décembre 2013

Les extraordinaires aventures d'Alfred Kropp

mincouv28094847.jpg


Auteur : Rick Yancey

Genre : jeunesse fantastique

Editeur : Folio jeunesse

Année d'édition :  2009

Pages : 353




Synopsis :




Alfred Kropp, orphelin, quinze ans, grand maladroit timide, est brusquement embarqué dans une histoire folle qui tourne autour d’une épée moyenâgeuse. Bennacio, un descendant des chevaliers de la Table Ronde lui apprend qu’il s’agit de celle d’Arthur, dont lui, Alfred Kropp, est le dernier représentant sur terre. L’épée est convoitée par tous, et l’humanité est de toute façon en danger. Alfred Kropp reprend le flambeau. Aidé des autres chevaliers et quelques courses-poursuites en Ferrari et hélicoptères plus tard, il aura fait suffisamment preuve de ses capacités pour enfin pouvoir s’apprécier.




 Mon avis :


Alfred Kropp est l'anti-héros par excellence, à quinze ans, orphelin, sa mère est morte quelques mois plus tôt d'un cancer, comme il n'a jamais connu son père, il vit chez son oncle, qui veut lui apprendre les valeurs de la vie, enfin les siennes, le travail et le foot.

Alfred déteste le foot, et dans les études, ce n'est pas une lumière, malgré sa "tête de citrouille". Il est loin d'être petit, il est grand et carré, ce qui le rend gauche. Son gabarit lui procure plus d'ennemis que d'amis, quant aux petites amies, il n'en est même pas question, tant son physique les dégoutte.

Son oncle qui a toujours été pauvre, n'hésite pas à trahir son patron, pour un million de dollars. Le but dérober à l'homme le plus riche de la ville, qui l'emploie comme gardien, une épée "soit disante volée", et la rendre à son dit propriétaire pour la modique somme de 1 million de dollars. N'importe qui de censé y verrai là, un piège. Alfred malgré tout ses défauts était censé, mais son oncle le force à commettre l'irréparable. S'ensuivra une quête épique.

Car l'épée qu'Alfred Kropp arrive à dérober, n'est pas, n'importe qu'elle épée, c'est Escalibur, celle du roi Arthur et des chevaliers de la table ronde, dont les descendants se transmettent la protection depuis plus de 1000 ans.

La loyauté, le courage, la fraternité, des chevaliers sont toujours d'actualité, mais ce sont des chevaliers des temps modernes, avec téléphones portables, et voiture de sport tel que la Ferrari Enzo.

Alfred nous raconte comment il a sauvé le monde, le jour où il est mort, et là, je ne spolie pas, car dès le début du livre le jeune héros nous prévient " Je n'aurai jamais pensé que je sauverais le monde un jour, ni que je mourrais en le sauvant". La plume de Rick Yancey est agréable, ses héros attachants, surtout Alfred, le grand simplet au cœur tendre. Mais également Bennacio, le dernier des chevaliers. Car en volant Escalibur, Alfred à lancé bien malgré lui un jeu de dominos, qui aura entraîné la mort de plus d'un innocent.



En conclusion :


Une intrigue à la James Bond, agrémentée des chevaliers de la table ronde, et du sens de l'honneur, dont le héros est un adolescent de quinze ans, gauche et mal dans sa peau. Un livre plein d'humour, même si il n'était pas aussi croustillant, que je l'imaginais.



lecture passionnante.jpg

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire