Mes dernières chroniques




mardi 24 décembre 2013

La petite maison dans la prairie tome 2 : Au bord du ruisseau




Auteure: Laura Ingalls Wilder

Genre : Jeunesse autobiographie

Editeur : Castor Poche Flammarion

Année d'édition : 1985 pour cette présente édition

Pages : 349




Synopsis :



Laura Ingalls Wilder raconte sa jeunesse qui se déroula dans l'Ouest américain des années 1870. Par la bouche de Laura, petite fille de huit ans, nous découvrons ce que fut la vie des pionniers. Dans ce volume, la famille Ingalls s'installe dans une curieuse maison creusée dans les berges d'une rivière.




Mon avis :



La petite maison dans la prairie est une série immensément connu et largement diffusée, et rediffusée, inspirée par huit petits livres écrits par Laura Ingalls Wilder (1867-1957). Ces huit volumes racontent son enfance et sa jeunesse dans l’Ouest américain, au temps des pionniers.
Cette Saga s’adressant à des enfants à partir de 8 ans la syntaxe y est très simple voir enfantine. Malgré tout on se laisse vite emporté par les péripéties de cette famille, qui nous interpelle.
Ce second tome porte le titre « au bord du ruisseau » il dévoile comment la famille est arrivée à Walnut grove, tout au moins aux abords de la ville, puisque ils élisent domicile à 4km de là dans une maison troglodyte, au départ. Cette dernière leur permis de passer l’hiver au chaud, dans l’attente de la nouvelle maison que leur construira leur père.
Laura est alors âgée    de 8 ans, c’est à travers ses yeux d’enfant et ses mots que l’on découvre les affres de cette famille de pionnier. Qui ne sera n’y épargné par les catastrophes naturelles due au fameux temps des sauterelles, ni à la misère qu’entraine cette dernière, ainsi que les tempêtes de neiges bien que salvatrices tout aussi dévastatrices.
Mon passage préféré est (assez bien repris par la série), le goûter de campagne, avec la chute de Nelly Oleson dans le ruisseau. Vraiment jubilatoire car la Nelly de papier n’a rien à envier à celle du petit écran.

‘’ Mais, Nelly lissa sa jolie robe neuve avec les paumes de sa main et déclara à Maman :
_ Bien sûr, je n’ai pas mis ma plus belle robe pour une partie de campagne !
Dès lors, Laura ne se soucia plus de ce que Maman lui avait appris et elle se moqua bien d’être punie par Papa. Elle prendrait sa revanche sur Nelly parce que celle-ci n’avait pas le droit de parler à Maman de cette façon.
(…)
Elle mena les fillettes patauger près de la maison de la vieille écrevisse. Le bruit et les gerbes d’eau l’avait forcée à trouver refuge sous son caillou. Elle aperçut ses pinces menaçantes, sa tête d’un vert brun pointer et elle poussa Nelly près d’elle. Puis, à l’endroit du caillou, elle donna un coup de pied pour faire gicler l’eau et elle s’écria :
_ Oh ! Nelly, Nelly, attention !
La vieille écrevisse se jeta toutes pinces dehors sur les orteils de Nelly (…) En hurlant, celle-ci s’était précipitée tout droit dans l’eau boueuse (…)
Elle essaya de nettoyer le bas de sa robe tachée de boue, puis de se laver les pieds. Elle poussa un cri perçant.
Des sangsues d’un brun boueux étaient collées à ses jambes et à ses pieds.




En conclusion :


Un très bon livre jeunesse  bien moins romancé que la série, mais tout aussi plaisant.



lecture agréable (2).jpg






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire