Mes dernières chroniques




jeudi 26 décembre 2013

Et vos péchés seront pardonnés

Couverture Et vos péchés seront pardonnés


Auteure : Nora Roberts

Genre : thriller

Editeur : best Sellers des éditions Harlequin

Année d'édition :  1995 

Pages : 355





Synopsis :



Washington DC, 15 août... Une étudiante, blonde, est
retrouvée assassinée. Puis une autre. Rien de commun entre ces deux jeunes
femmes, sinon l’arme du crime : une étole de soie blanche – celle que portent
les prêtres - qui a servi à les étrangler. Et un message manuscrit du meurtrier
: « Ses péchés seront pardonnés ». Très vite, le tueur psychopathe est surnommé
« Le Prêtre ». L’enquête policière piétine... Au troisième meurtre, Ben Paris
et Ed Jackson font appel à une psychiatre, Tess Court pour qu’elle les aide à
dresser le profil psychologique du meurtrier : « Le Prêtre », un tueur en série
qui met en scène ses crimes avec un soin méticuleux et une prudence absolue,
choisit soigneusement ses victimes : jeunes, belles, et blondes. Malgré la
surveillance policière, les crimes continuent. Qui est ce tueur ? Comment se
joue-t-il des pièges qui lui sont tendus ? Pourquoi ne commet-il pas la moindre
faute ? Le puzzle peu à peu se met en place, au centre duquel se trouve Tess
Court elle-même - Tess qui est elle aussi belle, jeune... et blonde...



 Mon avis :



Une jeune étudiante, est retrouvée morte, sur son corps, proprement installé, se trouve un amict sur lequel est inscrit « ses péchés seront pardonnés », de toute évidence il s’agit également de l’arme du crime.

Ce meurtre aurait pu être un cas comme tant d’autre à Washington, si quelque semaine plus tard une autre jeune femme n’était retrouvée morte sur un parking, étranglée, son corps agréablement arrangé, sur lequel,est  posé avec soin un amict, comportant la mention manuscrite «  ses péchés seront pardonnés. »
Quel est le rapport entre les  deux jeunes femmes ?  Leur âge, la couleur de leurs cheveux. Aucun
doute pour la police, il s’agit d’un sérial killer. La presse s’empare de l’affaire, et le  baptise, « le prêtre ».
Lorsque le troisième corps est retrouvé,  le maire sous l’influence du sénateur, impose à l’équipe la présence d’un psychiatre, qui n’est autre que la petite fille du sénateur.

Quel est le problème ? A part le fait que l’inspecteur Ben Paris soit contre les psys ?  Tess
Court a le parfait profil des victimes. Même cheveux blond, et même âge.

Tel un chef d’orchestre, Nora Roberts impose son rythme, saccadé, tantôt plein de rebondissement, tantôt d’une longueur insoutenable. On cherche « ce prêtre ». Là force est de constater que comme lors d’un célèbre jeu populaire, on chauffe, on brûle, et pourtant, à la fin Nora Roberts est la grande gagnante car l’identité du suspect est bluffante. L’une des grandes qualités de la plume de Nora Roberts est son souci du détail et ce Roman ne déroge pas à la règle.

Tout y est, suspens, amour, personnages complexes, ces derniers 
s’entrecroisent  afin de nous offrir plusieurs histoires en une, mais, habilement menés afin également d’élargir notre gamme de suspect.



En conclusion :


Si je n’avais qu’un seul reproche à adresser à Nora Roberts, c’est de jouer avec nos nerfs, et au moment crucial de nous dénouer toutes les histoires, même si je le conçois la force des sentiments, et les scènes d’amour sont superbes.  Mais je me suis retenue de parcourir les pages de la fin pour avoir l’identité du coupable, plus vite tant le suspens était à son paroxysme.

Ce n’est pas mon roman préféré dans ce domaine de Nora Roberts ni un coup de cœur et pourtant je lui ai mis la note de 17. Car cela a été sans aucun doute un très bon moment de lecture.



Morceaux Choisis :


Une étoile filante traversa le ciel en laissant un sillon lumineux. Clara ne la remarqua même pas.
Pas plus, du reste, que l'homme qui l'observait. Il savait qu'elle arrivait. Ne lui avait-on pas enjoint de veiller ? La Voix se faisait de plus en plus pressante dans sa tête. Il avait été choisi. C'était un fardeau et une gloire.
_ Dominus vobiscum, murmura-t-il en serrant le doux tissu de l'amict dans ses mains.


Il avait peut-être plus d'expérience qu'elle mais leur désir s'égalait. La jeune femme avait réprimé le sien, et maintenant qu'elle le libérait, il était intense et violent. Ils roulèrent sur le lit, nus et moites, oubliant les rites habituels et civilisés.
lecture passionnante.jpg





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire