Mes dernières chroniques




samedi 28 décembre 2013

Champollion L'égyptien

Couverture Champollion l'égyptien Editions France Loisirs 1987



Auteur : Christian Jacq

Genre : Historique

Editeur : France Loisir

Année d'édition :  1987 pour cette édition

Pages : 403






Synopsis :



En 1822, Jean-François Champollion trouve la clé de lecture des hiéroglyphes.
Il ouvre ainsi le grand livre de l'Égypte pharaonique. Mais il lui faut encore réaliser son rêve ultime et vérifier sur les sites la validité de sa découverte. De juillet 1828 à décembre 1829, il effectue son unique voyage sur la terre aimée des dieux, son véritable pays. Et c'est à cette véritable épopée dans un Orient dangereux et fascinant qu'est consacré ce récit. L'aventure débute sur un quai de Toulon où, déjà, tout se complique...
Car personne ne souhaite que Champollion se rende en Egypte : ni Drovetti, le consul de France, qui ne tient pas à ce que l'on découvre son sinistre trafic de vieilles pierres, ni le tyran Méhémet-Ali, un Albanais qui a pris le pouvoir en Egypte et fait détruire les monuments pour bâtir des usines et des quais ! Quant à son entourage : un curé obsessionnel, un minéralogiste désespéré, un dessinateur de hiéroglyphes colérique, un assistant jaloux...
Et que penser de cette énigmatique Anglaise qui tente de le séduire ? Chausse-trappes, trahisons, assassinats, rien n'est épargné à Champollion qui, bien que menacé de mort lui-même à plusieurs reprises, poursuit néanmoins obstinément sa quête le long du Nil. Avec un courage incroyable et des moyens dérisoires, il veut sauver ce qui peut encore l'être. L'enthousiasme est la vraie vie, pensait Champollion.
Et c'est bien à la rencontre de cette vraie vie, si présente dans les demeures d'éternité, que son fabuleux voyage conduisait l'Egyptien.




Mon avis :



Champollion l'égyptien est le premier livre que je lis de Christian Jacq, j'ai évidement beaucoup entendu parler de cet auteur populaire, et, qui dit populaire, dit controversé, il était donc temps que je me fasse ma propre opinion.

Je redoutais cette lecture, car contrairement à notre héros et à son écrivain, je ne suis pas particulièrement fan de l'Egypte.
Et pourtant, je me suis tout de suite attaché à Jean-François Champollion, qui vibre et ne vit que pour sa passion. Il veut aller jusqu'au bout de celle-ci, et, il ira jusqu'au bout. Car il a donné sa vie pour l'assouvir. Pas de panique, je ne spolie pas puisque le livre commence, avec Champollion sur son lit de mort, de retour d'Egypte.

Christian Jacq a pris le partit de faire parler son héros, il conte son voyage, à nous, mais également à sa fille qui le lui demande.

Tout petit déjà Jean-François Champollion vibrait pour l'Égypte et le mystère de ses écritures. Tant et si bien qu'il ait finis par décoder cette étrange langue. Du moins en est-il persuadé, mais pour prouver sa théorie, il doit se rendre sur place, afin de mieux observer les monuments et les confronter aux résultats de ses recherches.

Cette décision prise, il ne reculera devant rien, ni devant les embûches administratives, réel ou inventées, ni devant ses ennemis même lorsque sa propre vie sera en danger. On veut lui imposer la présence de la nièce de son plus grand ennemi, et détracteur ! Qu'à cela ne tienne, il fera avec. Car bien entendu, sa présence dérange, un savant trafic se verra ainsi perturber.

Christian Jacq nous montre un rêveur, un passionné, maladroit, borné et attachant. C'est un fantastique roman d'aventures que ce périple égyptien qui durera au total, un an et demi. Pendant tout ce temps Jean-François vivra pleinement sa passion, sans doute au delà de ce qu'il s'était imaginé. Petit à petit même son apparence devient celle d'un natif, d'où son surnom.

Je n'ai rien à reprocher au style d'écriture de Christian Jacq, tout au moins dans ce roman, sa plume étant limpide et aisée, l'histoire envoûtante, je n'en ai fait qu'une bouchée.


En conclusion :



Une formidable aventure, suspens, amitié, complot, que du bonheur, on en oublie presque qu'il s'agit au départ d'une biographie. J'espère vraiment que le véritable Champollion ressemblait à celui de l'auteur, car il est terriblement attachant.



Morceaux Choisis :



(...) Excellente analyse. L'organisme est épuisé. Son voyage laborieux, l'art funeste émanant des tombeaux des pharaons, l'ardeur de son cerveau, les préoccupations continuelles de son esprit lui ont calciné le sang et le conduisent au cercueil. (...)


_ J'ai beaucoup entendu parler de vous, monsieur Champollion, dit-elle d'une voix tendre, ensoleillée, pimentée d'un léger accent. A Londres, vous êtes un sujet de scandale. Mon compatriote Thomas Young,prétend qu'il a déchiffré les hiéroglyphes avant vous et que votre système est tout à fait erroné. (...)
Thomas Young...cet hypocrite doublé d'un prétentieux. L'Anglais ne s'y connaît pas plus en égyptien ancien qu'en malais ou en mandchou dont il est professeur. Ses découvertes annoncées avec tant de faste ne sont qu'une ridicule forfanterie. sa clé des hiéroglyphes me fait pitié. (...)
_ J'ai beaucoup d'estime pour M Young, madame, et je n'aime pas critiquer un confrère, quels que soient ses agissements à mon égard. Si vous le connaissez bien, donnez-lui un conseil : qu'il change de métier.
_ Je le connais bien, rétorqua-t-elle avec une vivacité amusée. Thomas Young est mon oncle.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire